Afrique

CAN: un joueur de champ dans le but des Comores?

Pour la CAN, à cause du Covid et des blessures, les Comores risquent de jouer avec un joueur de champ comme gardien lundi contre le Cameroun le tout premier 8e de finale de CAN de leur histoire, une situation dont ils préfèrent rire.

« On rigole, on préfère le prendre comme ça, c’est cocasse », lance l’entraîneur des gardiens, Jean-Daniel Padovani.

« Le gardien, on ne l’a pas encore déterminé, et même si c’était le cas je ne le dirais pas« , explique l’adjoint.

Deux des portiers comoriens, Moyadh Ousseini et Ali Ahamada, ont été testés positifs au Covid, alors que le troisième, Salim Ben Boina, titulaire contre le Maroc et le Ghana, s’est blessé à l’épaule et n’a pas pu terminer le troisième match de poules.

Les Comores peuvent soit aligner Ben Boina, homme du match contre le Maroc malgré la défaite (2-0), s’il est remis, soit un joueur de champ.

Lire aussi
CAN: le gardien des Comores Ahamada négatif mais pas sûr de jouer

Afin de désigner son portier contre les Lions indomptables, le staff des Cœlacanthes « a décidé de rassembler tous les joueurs valides et mettre à plat la situation« , a expliqué Padovani.

« La première chose, c’est qu’il fallait que ça vienne d’eux », souligne l’adjoint, plaisantant sur le fait qu’il faisait « de la détection ».

Ce ne devrait pas être le milieu de terrain Nadjim Abdou.

« J’ai toujours été joueur de champ, jamais gardien, on ne peut pas s’inventer gardien pour un 8e de finale », explique le Martégal.

« Mais nous sommes là pour la nation, s’il faut faire des sacrifices, moi ou un autre on saura le faire. Celui dans les cages se battra comme les dix joueurs sur le champ« , lance Abdou.

Lire aussi
Monitoring musical : Fally Ipupa tend la main aux jeunes artistes

– « Historique » –

« Bien entendu, on ne trouvera jamais le gardien parfait », reprend Padovani.

La délégation comorienne ne veut pas alimenter la polémique sur le fait que le Cameroun, pays hôte, n’a pas eu de cas de Covid dans la compétition.

Comment 12 membres de la délégation comorienne sont-ils devenu positifs? Au moment du but vainqueur contre le Ghana (3-2), « on s’est sauté dessus, staff, dirigeants, mais le Cameroun aussi » quand ils ont marqué, note Padovani.

« Les autres équipes aussi se sautent dessus. Ou alors on arrête tous de se sauter dessus« , grince-t-il.

Padovani préfère « ne pas rentrer sur le terrain en étant défaitiste. C’était historique que les Comores soient qualifiées pour la CAN, historique qu’elles gagnent un match, historique d’accéder aux 8e de finale », récite-t-il.

« C’est aussi historique si une équipe de foot joue un match avec un joueur (de champ) dans les cages », conclut-il, « on est dans l’histoire… »

AFP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page