Economie

L’inexplicable chute de l'IAI Cameroun

Cette école de formation professionnelle est entrain de se transformer en fiasco farfelu, ridiculisant le président Paul Biya et le gouvernement Camerounais.

Plus rien ne va à l’Institut Africaine de l’Informatique (IAI), représentation du Cameroun. Cette institution autrefois réputée pour son expertise internationale en matière de formation des ingénieurs en informatique ne bénéficie plus d’aucune crédibilité aux yeux de l’opinion nationale et internationale. C’est qu’elle est violemment secouée ces derniers temps par une présumée affaire de corruption. La Commission nationale anti-corruption (Conac) devrait se saisir du dossier. En effet, selon certains étudiants ayant requis l’anonymat en raison de la sensibilité du sujet, des achats des notes font rages dans cet établissement d’enseignement supérieur.

Beaucoup y ont perdu le goût des études, à cause des pratiques malveillantes dont le clientélisme, a-t-on constaté. «En tant qu’étudiant dans cette école, je peux vous confirmer qu’ici à l’IAI-Yaoundé, on achète les notes à la direction des études et même directement au niveau des professeurs. Lorsque dans une école comme l’IAI, les étudiants qui ne viennent jamais aux cours ont de bonnes notes, là on pense qu’il y a vraiment problème. La situation est très grave », fulmine un étudiant, visiblement en colère contre le top management de cet établissement qui ne fait rien pour régler le problème.

Lire aussi
Cameroun : Les ambitions futuristes du Port autonome de Kribi

Et l’autre de poursuivre, « la pension est chère à l’IAI. Nombres d’étudiants sont obligés d’acheter les notes pour éviter d’échouer l’année académique. Aussi, on a en face de nous des enseignants et responsables qui accusent des arriérés de salaire et donc, survivent grâce à ce que les étudiants leur donnent pour avoir de bonnes notes. Ce qui est choquant c’est que pendant que les enseignants vivent dans une misère déconcertante, certains responsables de la structure s’embourgeoisent et s’engraissent benoîtement. Tant pis pour le reste». Conséquence : la formation est désormais au rabais. Certains étudiants sont convaincus que les concours d’entrée à l’IAI-Cameroun ne pourraient plus être sollicités dans les prochaines années à causes de ces dérapages académiques.

Lire aussi
Sérieux malaise au Port de Douala : le GICAM, à la suite l’UCAM demande l’annulation des redevances illégales instituées par la RTC

Interrogés par nos soins, certains enseignants accusent à tord ou à raison la direction de malversation et de mauvaise gestion administrative et financière. « Ici, tout s’achète, impunément », lâchent-ils. Ils semblent prouver à la fois des actes de corruption mais également un laxisme dans la supervision qui paralyse cette institution. Faute d’avoir Armand Claude Abanda, le directeur de cette école après plusieurs tentatives d’essais, l’un de ses proches affirme que ces accusations sont infondées et visent à déstabiliser l’image de cette école et du top management.

Georges Onana

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page