Cameroun: Une amoureuse éconduite se donne la mort

Poison

Elodie Adzama, âgée de 30 ans habitant au quartier Mimboman, dans l’arrondissement de Yaoundé 4 aurait ingurgitée des raticides, suite à l’infidélité de son conjoint.

« Eh a Nti », « tebgue Elodie ozu », « Que s’est-il passé Elodie ???? Stp réveille-toi pour m’expliquer le problème. On peut arranger. As-tu pensé à tes enfants ? », ce sont les cris et les pleures de Thérèse Mbida, la belle-mère de la désormais feu Elodie Adzama qui alertent son voisinage au quartier Mimboman, dans l’arrondissement de Yaoundé 4, au lieu-dit « derrière Don Bosco ». En effet, le corps sans vie d’Elodie Adzama, a été retrouvé chez son conjoint Gautier Mbida, ce 26 mars 2020 aux environs de 8h 30. Âgée d’une trentaine d’années et résidente dans le camp familial avec son compagnon depuis un an. C’est Alexis Mbida, benjamin de la famille qui aurait découvert le cadavre de sa belle-sœur. « Il était 8h lorsque je me suis rendu dans la chambre de mon frère, l’une des dépendances de la maison. Voyant la porte à moitié ouverte et le rideau qui pendait, j’y suis allé pour lui demander s’il ne sortira pas aujourd’hui étant donné qu’il était déjà en retard pour son boulot. A ma grande surprise, il n’y est plus sauf Elodie qui dormait encore pourtant très matinale et propriétaire d’une boutique de sac à main au marché de Mokolo à Yaoundé » relate-t-il.

Elle s’y rendait très tôt pour livrer les commandes à ses clients et approvisionner les revendeurs. Toujours profondément endormie, j’ai du utiliser plusieurs méthodes pour la réveiller. Mais hélas, elle ne réagissait pas. C’est alors que j’ai décidé de la tourner vue qu’elle regardait le mur. Elle était toute glacée et dans sa bouche, une mousse de couleur blanche dégoulinait à gorge déployée. A cet instant, j’ai accouru pour appeler ma mère qui s’apprêtait pour se rendre au marché. Qui a son tour à immédiatement appeler mon frère et l’a ordonné de rentrer à l’instant au regard de la situation, raconte-t-il d’une voix mélancolique.

Départ précoce

Se trouvant déjà dans son lieu de service une boulangerie de la place, Alexis aurait été contraint de faire appel à un locataire pour l’aider à sortir Elodie de la chambre vers la grande maison. « Dans l’espoir de la secourir, j’ai appelé Yvan, notre locataire pour m’aider à transporter son corps déjà inerte. Sur le coffre placé au chevet d’elle, nous avions vu des raticides de couleur jaune, comprimés utilisés pour tuer les souris et une bouteille d’eau ouvert. Dès cette découverte, elle demanda à Yvan et moi de ne toucher ni le cadavre d’Elodie, ni les médicaments en attendant l’intervention des forces de l’ordre et des sapeurs-pompiers » a révélé Alexis.

A son arrivée à la maison, Gautier Mbida, le conjoint d’Elodie était très surpris et coulait les larmes devant le cadavre d’Elodie. « Depuis lundi, elle ne m’adressait plus la parole. Ayant appris mon infidélité avec l’une de ses collègues, Elodie ne manquait pas de pleurer tout en s’interrogeant sur les raisons d’une telle trahison. Très en colère, elle refusait toute communication avec moi. En aucun moment, je n’aurai pas su qu’elle pouvait en arriver là », s’exclame-t-il en pleurant. Par ailleurs, fiancée à Gautier depuis 1 an, date à laquelle elle ira vivre avec lui.

De cette union est né des jumeaux âgés de 2 ans. La passion aurait-elle poussé Elodie à se suicider ou aurait-elle été tuée ? Seules les enquêtes menées par la police sauront expliquer le départ précoce de cette jeune fille plein de vie.

Phanie ENYEGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *