Economie

Cameroun – Securité routière : 100 bus équipés de caméras de surveillance

Le lancement de la phase pilote du projet de gestion et de suivi intelligent et centralisé du transport interurbain a eu lieu ce 27 septembre 2021 par le ministre de tutelle Jean Ernerst Masséna Ngallè Bibehè, à Yaoundé.

Il était exactement 12h22mn ce 27 septembre 2021, lorsque Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehè, le ministre des Transports, donnait le top départ de la phase pilote de gestion et de suivi centralisé des mouvements interurbains par bus. A ce moment, 100 bus de différentes agences de transports interurbains se voyaient connectés et de leur position, ils étaient bien scrutés à partir d’un serveur central au ministère des Transports. Il s’agit d’un système intelligent de surveillance des bus gros porteurs, qui desservent les villes comprises dans ce qu’on a appelé « le triangle de la mort », Yaoundé-Douala ; Douala-Bafoussam et Bafoussam-Yaoundé. Désormais, tous les comportements de chauffeurs seront surveillés à partir des caméras installés dans tous les bus de transports interurbains.

Ce système de surveillance intelligente a été conçu en fonction des rapports ayant identifié les causes des accidents de la circulation dans lesquels ont été impliqués les bus de transports interurbains, avec des bilans les plus lourds enregistrés en pertes de vies humaines. Il y a entre autres l’excès de vitesse, facteur commun de tous ces accidents, et première cause des accidents de la circulation au Cameroun ; la conduite en état d’ébriété (sous l’effet de l’alcool, des drogues ou autres produits dopants, et deuxième cause des accidents au Cameroun) ; la surcharge des véhicules ; le transport routier clandestin ; la conduite sans permis de conduire ; le défaut de visite technique automobile ; la conduite en état de fatigue ; les mauvais dépassements ; chevauchements de la ligne continue, comme l’a relevé le ministre des Transports. « Le contrôle des paramètres biométriques des chauffeurs, le suivi des véhicules interurbains par géolocalisation, la surveillance de l’environnement extérieur et intérieur du véhicule à l’aide des caméras intelligentes embarquées, les pratiques dangereuses évoquées plus haut, si elles persistent, n’échapperont plus à notre regard », a indiqué Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehè, aux promoteurs, syndicalistes et représentants des agences de voyages exerçants dans les transports interurbains.

Succès dans le transport des hydrocarbures

Ce système de surveillance à appliquer désormais à tous les bus de transports interurbains a fait ses preuves dans un autre domaine. « Le syndicat des transporteurs des hydrocarbures, ici présent, témoigne de l’efficacité de cette solution. Et durant une période de près de 10 ans, nous n’avons pas enregistré d’accidents dans ce secteur d’activité, relevant pourtant du transport routier des marchandises, bien que classées dangereuses », s’est réjoui le ministre des Transports. Et de préciser que la mise en place de ce système de surveillance intelligent est le fruit du partenariat public – privé. C’est grâce au partenariat avec le consortium Camtrack-Mtn, que l’élaboration et la mise en œuvre de cette solution innovante a pris corps. « C’est le fruit d’un travail de longue haleine qui date de plus de cinq ans avec mes services techniques compétents. Cette solution, développée et adaptée au contexte du transport routier interurbain de personnes, est la première du genre en Afrique », a précisé le patron des Transports au Cameroun. Toutes les agences et surtout les chauffeurs de bus sont désormais au pas de la bonne observance des règles de conduite et des meilleurs comportements sur nos axes. Les familles, avec ce système de surveillance intelligent bien maîtrisé, seront probablement à l’abri des deuils, fruits de la bêtise humaine sur nos routes.

Achille Chountsa

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page