Cameroun: Les ennemis du progrès veulent déstabiliser le Génie militaire

Ce brave corps de l’armée camerounaise toujours à pied d’œuvre pour la réalisation des projets sociaux est victime d’un lynchage médiatique orchestré par des lobbies en branle qui veulent le fragiliser.

Alors que le Génie militaire crée en 1962 semble avoir encore de très belles lettres à écrire dans la réalisation d’infrastructures au Cameroun, certains ennemis du progrès montent au créneau pour déverser au sein de l’opinion, des flots de diatribes à la charge de ce brave corps de l’armée camerounaise. Dans une manœuvre perfide, habilement ficelée, ces lobbies déstabilisateurs distillent à tout vent des informations erronées, visant à nuire à l’image de marque du Génie militaire.

Fort heureusement, ce corps de métier est avisé. Le personnel de cette structure qui brille par leur abnégation au travail et leur sérénité, n’entend pas céder aux sirènes déstabilisatrices de ces oiseaux de mauvais alois qui, à la course folle au gain facile, écument les rédactions des francs-tireurs pour tenter de ternir leur image de marque.

Tenez ! Au Cameroun, berceau de nos ancêtres, certains débrouillards qui se sont improvisés donneurs de leçons croient dur comme faire, que la meilleure manière d’informer se trouve dans un sensationnel qui cache mal le mensonge, cultive la délation et l’insulte. Le personnel du Génie militaire reste droit dans ses bottes en optant pour l’accomplissement sans folklore ni flagorneries de leurs missions dans l’armée camerounaise.

ÉLUCUBRATIONS

Les attaques répétées contre le Génie militaire par une presse aux ordres, qui sert les intérêts des réseaux mafieux sont honteuses et indécentes. Ça n’émeut plus. Ça n’intéresse plus, car le disque est rouillé. Toujours est-il qu’elles ne sont pas fondées sur les faits avérés mais uniquement motivées par la volonté de nuisance pouvant amener à céder au chantage.
Ceux qui s’acharnent contre le Génie militaire, dans leurs affirmations chimériques, usent du terrorisme psychologique pour tenter de le soumettre à leurs pressions.

Pourtant, cela ne souffre d’aucune contestation, sous la coordination du Colonel Jackson Kamgain, un bilan positif des réalisations du génie militaire s’affiche avec autorité. L’on se souvient par exemple de la rupture de la digue de Maga et l’appel à l’urgence nationale lancée par le Chef de l’Etat, c’est le génie militaire qui aura déployé un personnel permanent et une équipe professionnelle sur le terrain. Le travail avait été très bien effectué. Une nouvelle sollicitation et des coûts de travaux estimés auparavant à 405 228 758 Fcfa permettront de régler définitivement le problème avec une augmentation conséquente du niveau de la digue par le génie militaire.

En outre, le potentiel connu du génie affiche aujourd’hui des infrastructures sociales dans la péninsule de Bakassi (écoles, hôpitaux, etc.), des routes Mudemba-Isanguele-Akwa, construction d’un village de pécheurs composés de 60 logements alimentés par énergie solaire à Isangélé, la construction de 04 pylônes de télécommunications de 75 mètres dans la zone de Bakassi, la reconstruction des parcours Vita de Douala, Yaoundé et Bamenda, la réalisation des routes bitumées de Japoma et du prolongement du boulevard de la république à Douala, la construction des salles de classes dans l’Extrême –Nord et de la voirie urbaine de Maroua, la construction des marchés modernes de Sangmélima et de Bertoua, la construction des routes de Mvengué et d’Angossas, la réalisation des logements sociaux à Olembé et la construction d’un joyau architectural à l’université de Yaoundé I pour ne citer que ces travaux-là.

Par ailleurs, les prouesses du génie militaire sont connues dans le septentrion notamment les projets tels le Parcours Vita de Ngaoundéré, la Voirie urbaine de Maroua Construction des salles de classes et blocs administratifs.

Le Génie Militaire dans le septentrion, c’est 320 personnes dévouées à savoir 230 personnels civils et 90 militaires. En y ajoutant le personnel dévoué et utilisé dans le chantier de construction de la route Mora-Dabanga-Kousseri à savoir 80 personnes (30 militaires et 50 civils), le total général porte les hommes sur le terrain à 400 personnes soit 280 civils et 120 militaires. Le Génie Militaire est en action et rien n’arrêtera sa progression.

A lire ces élucubrations de la dernière espèce, pas d’articles d’analyse, d’enquête ou critique constructive basée sur des faits de sociétés crédibles dans ces journaux qui ne distillent que des brulots grossièrement concoctés. On choisit des cibles à lyncher ou à réduire selon leurs soumissions aux chantages. Le génie militaire reste donc serein. Il poursuit avec quiétude, force et conviction ses missions dans la discrétion et avec efficacité. C’est peut-être à ce niveau que des farceurs en quête de buzz veulent lui trouver un défaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *