Economie

Cameroun: Les communes ne payent plus les salaires dans le Nord

Les maires dénoncent le non-paiement du 3 ème trimestre des centimes additionnels communaux.

Les équipes dirigeantes des communes de la région du Nord passent en ce moment leur derniers jours au sein des exécutifs communaux. Mais avant passer le relais, beaucoup ont au tableau, des arriérés de salaires de leurs personnels. Pour se justifier, la quasi-totalité des maires de la région dénonce le non-paiement par l’Etat des centimes additionnels communaux pour le compte du troisième trimestre 2019 comptant pour les mois de juillet, août et septembre. Selon nos informations, ces centimes additionnels communaux auraient dû être versés aux communes depuis deux mois déjà. «C’est une situation difficile en ce moment où nous allons vers les élections pour le renouvellement de nos mandats. Entrer en campagne alors que le personnel réclame des arriérés de salaires et surtout certains prestataires aussi qui vous font toutes sortes de pression. Certains vont même jusqu’à essayer de se faire payer par force au prétexte qu’ils ne sont pas sûr que le maire revienne et que le nouveau ne va pas forcement souscrire à l’engagement de son prédécesseur, oubliant qu’il s’agit de la structure et non d’un engament personnel.

Lire aussi
Eau et électricité: Le bilan des 72 heures de mission du Minee dans le Littoral

Le ministre des finances avait pourtant déclaré que l’Etat a ouvert un compte séquestre à la Banque des états de l’Afrique centrale alimenté de cinq milliards de nos francs par mois afin d’éviter désormais tout retard dans le paiement de cette taxe aux communes. Tout le monde sait pertinemment que cela représente les principales ressources des communes et il serait juste que le paiement soit effectif avant la fin d’année pour que les communes soldent leurs comptes avant d’aller aux élections», explique un maire Rdpc de la Bénoué.

Et de fait, les centimes additionnels communaux (CAC) sont une taxe perçue par le Fond spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom) au profit des communes et elles sont reversées par l’Etat aux collectivités territoriales décentralisées par trimestre. En dehors des revenus propre aux communes et des fond spéciaux, les CAC sont la principale source de fonctionnement des collectivités territoriales décentralisées. Pour ce qui est de l’année 2018 notamment, le Feicom avait reversé un montant global de 85 039 397 091 Fcfa aux communes de la région du Nord au titre des centimes additionnels communaux.

Lire aussi
Crise Anglophone: 7000 déplacés internes du NOSO accueillis dans la région de l’Ouest

Toujours dans le cadre du financement des communes de la région du Nord, le Feicom pour l’exercice 2018 a reversé aux collectivités territoriales décentralisées, la somme globale de 6 913 206 636 Fcfa au titre des impôts communaux soumis à péréquation. Dans ce registre, la commune de Guider dans le département du Mayo-Louti s’en tire avec la plus grosse enveloppe d’un montant de 814 064 812 Fcfa. Elle est suivie par la communauté urbaine de Garoua qui a reçu la somme de 608 894 886 Fcfa et la commune de Lagdo dans le département de la Bénoué qui a empoché la somme de 606 673 134 Fcfa. La commune de Garoua 3 ème quant à elle arrive au dernier rang de ce classement avec une enveloppe de 73 498 254 Fcfa, juste précédé par la commune de Dembo, toujours dans le département de la Bénoué avec une enveloppe de 97 756 180 Fcfa.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer