Cameroun : Le sous-préfet de Lagdo accusé de trafic dans un campement d’éléphants - 237online.com
Société

Cameroun : Le sous-préfet de Lagdo accusé de trafic dans un campement d’éléphants

Saidou Bouba, sous-préfet de l’arrondissement de Lagdo est accusé de trafic au campement d’éléphant de Na’Ari World Safari.

Dans une correspondance adressée au président de la CONAC, contenue dans les colonnes du trihebdomadaire L’œil du Sahel dans son numéro 1236 du 5 juillet 2019, Aboubakari Bindoho le gestionnaire du campement des éléphants Na’Ari World Safari dénonce ce qu’il qualifie d’acte antipatriotique.

« Pour apporter ma modeste contribution dans votre exaltante mission pour laquelle vous êtes investi par le chef de l’État, il m’a paru opportun de dénoncer à votre attention, les exactions inconvénient oh ! criardes de Monsieur Saidou Baba, qui se livre de manière ostentatoire que récurrente, se manifestant dans un manquement notable dans l’exercice de ses fonctions en sa qualité du sous-préfet de Lagdo », écrit-il.

Dans la suite de sa lettre, le gestionnaire de campement indique que de façon frauduleuse, le chef de terre se livre dans des pratiques illégales et condamnables : « Vraisemblablement, il s’agit de la dénonciation des actes de clientélismes à bas étages, de la manipulation éhontée dont les éleveurs transhumants nigérians sont l’objet de la part du sous-préfet de Lagdo. Notamment dans l’organisation de l’occupation davantage et illégale, voir irrationnelle de la zone d’intérêt cynique N° 7, au lendemain de leur réunion du 2 novembre 2018 à Garoua, déclarant le déclassement de la partie ouest (de Mayo-Salla à Mayo-Bocki) de ladite zone », peut-on lire.

Aboubakar Bindoho conclut en rappelant son devoir, qui consiste à protéger la nature : « Fort de ce qui précède, et dans le souci de de protéger notre écosystème rappelle-t-il, cette biodiversité en péril, il me parait urgent de solliciter votre diligence à bien vouloir instruire une enquête pour fouiner et fureter dans les travers de mes allégations qui sont la partie de l’iceberg, le pire reste à découvrir ».

Approché par nos confrères de L’œil du Sahel le 28 juin 2019, le Sous-préfet Saidou Bouba indique ne pas être au courant de cette plainte. Selon lui, il s’agit d’une stratégie pour Aboubakari de tenter d’échapper aux multiples procédures qui pendent contre lui en justice.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer