Sociétés d’Etat: qui sont ces directeurs généraux inamovibles ? - 237online.com
Economie

Sociétés d’Etat: qui sont ces directeurs généraux inamovibles ?

Les faits sont insaisissables. Beaucoup se demandent si le Cameroun est devenu une République bananière.

Lorsqu’on observe que certaines entreprises publiques et parapubliques sont prises en otage par les mêmes dirigeants depuis des décennies, on se demande bien si on est encore dans un état de droit. Un pays normal ne peut transformer ses propres lois en loisirs. Sauf qu’au Cameroun, on se croirait dans ce cas. Sinon comment peut-on comprendre que certains Directeurs généraux soient conservés au même poste pendant près de 30 voire 44 ans ?

Cette longévité rime très souvent par des contre-performances. Normal. Lorsqu’on dure éternellement à un même poste, on finit toujours par confondre la chose publique à un bien personnel. Résultats des courses : ces inamovibles directeurs généraux de certaines structures n’échappent pas très souvent à la faute de mauvaise gestion financière et à la mal gouvernance constamment dénoncées par la Chambre des comptes, le Contrôle supérieur de l’Etat et la Commission nationale anti-corruption (Conac). Plus on passe le temps à un même poste sans changement, plus on est accusé de détournements des derniers publics, de corruption, de recrutements fantaisistes, de népotismes…. Ce qui implique qu’après leurs limogeages, plusieurs directeurs généraux sont interpellés et écroués dans les prisons camerounaises.

Pourtant, l’article 47 de la loi de n°99/016 du 22 décembre 1999 portant statut général des établissements publics et des entreprises du secteur public et parapublic se veut clair dans son esprit : « Le directeur général et s’il y a lieu, le directeur général adjoint, sont nommés à la majorité de 2/3 par le conseil d’administration sur proposition de l’actionnaire majoritaire ou unique, pour une durée de 3 ans renouvelable deux fois ». Soit une durée ne pouvant excéder neuf ans à la tête d’une entreprise publique.

Malheureusement, il se trouve que cette disposition n’a jamais été respectée au Cameroun. Certaines personnalités ayant des titres fonciers à la tête de certaines entreprises. D’aucuns justifient cette pratique par le fait que nomination du directeur général etc. directeur général adjoint relève de très haute discrétion du président de la République ».Toute chose qui n’est pas remis en cause.

Commenter avec facebook

Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer