Politique

Cameroun : La société civile dresse un bilan sombre des 40 ans de Paul Biya à la tête de l’Etat

Le recul des libertés fondamentales, la multiplication des foyers de tension sont quelques freins au développement du Cameroun. C’est un constat fait par la coalition « Tournons la page ».

Ce 3 novembre 2022, une conférence-débat se tient au siège de la Centrale syndicale du secteur public sis au quartier Mvog-Ada à Yaoundé. Le sujet proposé à l’assistance a pour thème : « 40ème anniversaire de l’accession du président Paul Biya au pouvoir : Défis et perspectives ». Cette conférence débat est organisée par « Tournons la page Cameroun », une organisation de la société civile qui milite pour l’alternance démocratique. Trois thèmes font l’objet des discussions.

Il s’agit de la situation politique du Cameroun de 1982 à nos jours, puis la situation des libertés et droits de l’homme au Cameroun enfin les forces et faiblesses de la démocratie au Cameroun durant les 40 dernières années. Aristide Mono, analyste politique, Cyrille Rolande Bechon, directrice exécutive de l’Ong Nouveaux droits de l’homme et Parfait Mbvoum, cadre du Social democratic front (Sdf), dans la section régionale du Centre constituaient le panel.

Lire aussi
An 2 Dion Ngute: Comme Paul Biya sous Ahmadou Ahidjo

A l’analyse des 40 ans de règne de Paul Biya, il ressort selon les exposants que cette durée au pouvoir a considérablement affecté la croissance économique du Cameroun, du fait de la corruption qui occupe une place importante dans le quotidien des Camerounais. S’agissant de la démocratie, ce processus qui est en cours depuis les années 1990 a totalement été galvaudé. Les principes fondamentaux de la démocratie ayant été dévoyés, ce processus n’est pas favorable à l’alternance démocratique, mécanisme privilégié par le peuple camerounais pour la construction de tout système gouvernant qui ne répond pas aux aspirations de la majorité et la consolidation des bases sociales et culturelles.

Lire aussi
Cameroun - 20 mai : Paul Biya, premier défenseur de l'Unité nationale

Pour ce qui concerne les droits de l’homme, le bilan de 40 ans de pouvoir du président de la République Paul Biya est négatif selon la présentation faite par Cyrille Rolande Bechon. Les crises sécuritaires dans les régions de l’Extrême-Nord et la crise socio politique dans les régions anglophones sont à l’origine de nombreuses violations des droits de l’homme. L’objectif de la conférence débat organisée le 3 novembre à Yaoundé était de faire l’état des lieux du Cameroun sur les plans politique, économique, social et culturel et de revisiter le processus de démocratisation et faire les propositions son amélioration. Selon Jean Marc Bikoko, coordonnateur national de « Tournons la page » Cameroun, la célébration des 40 ans au pouvoir de Paul Biya intervient dans un contexte caractérisé par une fin de règne. Raison pour laquelle cet activiste de la société civile interpelle les Camerounais à travailler pour une transition démocratique.

Lire aussi
Cameroun : Niat et Cavaye...jusqu’à la terre promise avec Paul Biya

P.N. / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page