Scandale au Cameroun : La tournée désastreuse de Tassi Daïssala (MDR)

Tigana Tassi Daïssala

Tigana Tassi Daïssala, candidat controversé à la tête du Mouvement pour la Défense de la République (MDR), vient d’achever une tournée nationale calamiteuse. Censée asseoir sa légitimité, cette opération de séduction s’est transformée en chemin de croix, révélant le rejet massif de ce candidat perçu comme un intrus par la base. 237online.com vous dévoile les coulisses d’un fiasco politique annoncé.

Un candidat en quête désespérée de légitimité

Propulsé à la tête du MDR en décembre 2023 avec le soutien suspect du Ministère de l’Administration Territoriale (MINAT), Tigana Tassi Daïssala souffre d’un lourd déficit de légitimité. Et pour cause : cet homme de 45 ans n’est ni militant du parti, ni même inscrit sur les listes électorales. Un novice en politique qui n’a jamais pris la peine de voter de sa vie ! Face à la gronde des militants, Tassi a cru bon d’entreprendre une tournée nationale en avril 2024 pour tenter de corriger le tir. Une initiative vouée à l’échec.

Garoua, première étape d’un chemin de croix

Le 12 avril, Tassi et sa garde rapprochée débarquent à Garoua, première étape de leur périple. Accueillis dans un hôtel par les responsables du Comité de Suivi et d’Organisation (COS) nommés par le Président National de Transition, le sénateur Me DJORWE Paulin, ils déchantent rapidement. Mis en garde contre toute tentative de diviser le parti, Tassi et son équipe se retrouvent abandonnés par leurs hôtes, dans une ambiance glaciale. Le ton est donné.

Lagdo et Ngong, une virée familiale en guise de meeting politique

Les 13 et 14 avril, cap sur Lagdo et Ngong, toujours dans le Nord. Mais les responsables régionaux du MDR brillent par leur absence. Tassi doit se contenter d’une visite familiale chez la sœur de feu DAKOLE Daïssala, sa propre tante. Les militants, qui ne reconnaissent pas en lui un des leurs, refusent de participer à cette mascarade. Un camouflet cuisant pour celui qui prétend incarner l’avenir du parti.

L’Extrême-Nord, le rejet en héritage

Les 15 et 16 avril, la tournée de la dernière chance se poursuit dans l’Extrême-Nord, sur les terres de Datcheka, Kalfou, Kar-Hay, Porhi, Moulvoudaye, Guidiguis et Taibong. Mais là encore, le verdict des urnes est sans appel. À peine 20 militants daignent se déplacer par curiosité, dénonçant « une supercherie qui porte en elle les germes de la division ». « Allez dire à vos manipulateurs de Yaoundé que le MDR n’est pas un bien familial qui se transmet par héritage« , lance un cadre local à Tassi, sous les vivats de l’assistance.

Maroua, l’hallali pathétique

Dernière étape, dernière humiliation : le 18 avril, Tassi tente un baroud d’honneur à Maroua. Une dizaine de badauds, recrutés à la hâte dans le quartier populaire de Pont vert, sont réunis dans un hôtel pour faire de la figuration. Un meeting confidentiel qui vire au pathétique et signe la fin d’une tournée ratée. Au total, en une semaine, Tassi aura visité 10 arrondissements et mobilisé péniblement 150 personnes. Un constat d’échec sans appel.

Le MDR n’est pas à vendre !

Au-delà de l’amateurisme de Tassi Daïssala, c’est la tentative de prise de contrôle du MDR par des officines proches du pouvoir qui indigne les militants. « Notre parti n’est pas une marchandise qui s’achète sur les étals du MINAT », s’insurge un responsable local. « Nous exigeons une convention nationale en bonne et due forme pour élire notre président, comme le prévoient nos statuts. » Un appel au respect des règles démocratiques qui sonne comme un désaveu cinglant pour Tassi et ses protecteurs.

Cette tournée calamiteuse aura au moins eu le mérite de révéler au grand jour le fossé abyssal qui sépare la base du MDR de ce président qu’on tente de leur imposer par le haut. Un cas d’école de la dérive autocratique qui gangrène la vie politique camerounaise. 237online.com continuera à suivre ce dossier brûlant et à porter la voix des militants attachés à l’indépendance de leur famille politique.

Par Éric Ngono pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *