Afrique

Le traité de la FAO sur la pêche illégale désormais approuvé par 100 Etats parties

NEW YORK, USA, le 07 Novembre 2022 -/African Media Agency(AMA)/-La lutte mondiale contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) s’est intensifiée avec l’adhésion de 100 États à l’Accord de la FAO sur les mesures du ressort de l’État du port (PSMA)

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Angola, l’Érythrée, le Maroc et le Nigéria sont les derniers pays à avoir soutenu le PSMA, qui est le premier accord international contraignant spécifiquement conçu pour prévenir, dissuader et éliminer la pêche non déclarée en refusant l’accès et l’utilisation des ports aux navires étrangers qui pratiquent ou soutiennent cette pêche.

Désormais, 60% des États du port dans le monde se sont engagés à respecter cet accord, qui constitue un instrument international contraignant pour lutter contre la pêche illicite.

Lire aussi
Oracle Red Bull Racing to Unveil 2022 NFT Collection at the Monaco Grand Prix, Powered by Bybit and Tezos  

« L’augmentation de la demande des consommateurs et la transformation des systèmes agroalimentaires dans les secteurs de la pêche et de l’aquaculture ont porté la production mondiale de poisson à ses plus hauts niveaux et la nécessité d’intensifier la lutte contre la pêche illicite est largement reconnue », a déclaré dans un communiqué, QU Dongyu, Directeur général de la FAO.

Un poisson sur cinq pêchés dans le monde provient de la pêche non déclarée

L’agence onusienne estime qu’un poisson sur cinq pêché chaque année dans le monde provient de la pêche non déclarée. Ce qui a des effets dévastateurs sur la durabilité des pêches et les moyens de subsistance de ceux qui en dépendent, ainsi que sur la conservation des écosystèmes marins.

Lire aussi
Sierra Leone : l’ONU appelle au calme et au dialogue après de violentes manifestations contre la vie chère

La pêche illicite sape les efforts nationaux, régionaux et mondiaux en faveur d’une pêche durable et son élimination est essentielle pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations unies.

« Nous avons la responsabilité de gérer et d’utiliser toutes les ressources aquatiques de manière durable », a affirmé Manuel Barange, Directeur de la Division des pêches et de l’aquaculture de la FAO.

Jusqu’à présent, la FAO a aidé plus de 50 pays à réviser leur législation, à renforcer leurs capacités institutionnelles, à améliorer leurs systèmes et opérations de suivi, de contrôle et de surveillance, à mettre en œuvre efficacement les mesures de l’État du port et à assumer leurs responsabilités internationales en tant qu’États du pavillon, États côtiers et États de marché.

Lire aussi
Voluntary repatriation of refugees from Angola to DR Congo resumes

Distribué par  African Media Agency pour Onu Info.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page