Société

Cameroun – ENEO: Les populations de Ngousso-Ebama broient du noir

Ce quartier de l’arrondissement de Yaoundé V est plongé dans l’obscurité. Une situation qui sévit depuis le 11 septembre 2020 et cause de nombreux dommages dans les ménages.

Plongée dans une nuit « noire », une ambiance funèbre et des habitants de ladite localité avec toute la désolation et la tristesse se rendant chez les épiciers du coin pour se procurer des bougies. « Demain soir ça fera trois jours que nous n’avons pas de lumière. Le transformateur est défectueux depuis vendredi dernier aux environs de 16 heures», regrette Christelle, habitante de ce quartier. Pour cause, un transformateur installé dans ce lieux non fonctionnel. Cette situation conduit à de nombreuses pertes dans des lieux de commerces.. « Le poisson que je devais vendre dégage déjà une forte odeur. Bientôt, ça va pourrir et nous nous enregistrerons des pertes», explique Fleurette, tenancière d’une mini alimentation. Dans les ménages, les ménagères sont en colère. « Depuis ce matin, le Ndolé que j’avais lavé dégage déjà les odeurs. Les asticots ont déjà atteint la tomate. Je ne sais quoi faire», se désole Julie Ngono.

Cette situation n’est pas sans conséquence. « Samedi un serpent a failli me mordre. Heureusement que le pire a été évité », confie David. Dans la zone de Ngousso, les coupures intempestives d’électricité sont récurrentes notamment au lieudit « fabrique Ngousso » et dans la périphérie depuis le changement, apprend-on, des installations électriques.

Lire aussi
Cameroun : 7 cambrioleurs dans les filets de la police de Bafoussam

Situation déplorable

« Depuis environ dix mois que les fils et les poteaux électriques ont été remplacés, nous n’avons plus de lumière en permanence comme avant », avoue Philippe riverain de ce quartier. Boris, un autre habitant de renchérit: « Je ne comprends pas comment on change les deux fils par les six fils et nous sommes dans le noir régulièrement alors qu’avant on n’avait pas ce problème. C’est une situation déplorable.» « Tout le temps nous sommes sans énergie mais les riverains des coins environnants ont presque toujours la lumière », explique un quidam dans cette zone.

Dilan KAMNO (Stg)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page