EconomiePolitique

Cameroun – Combien coûtera le Dialogue National ? La guerre de lobbyistes a commencé

C’est parti pour le dialogue national une initiative du Président Paul Biya le chef de l’Etat,) lors de son message à la nation du 10 septembre 2019 dernier.

C’est le Premier ministre, Joseph Dion Nguté, qui a lancé les pourparlers. A ce jour le pm a déjà reçu plus de dix délégations avec les lequel il a devisé au sujet de ce grand rassemblement. A Chacune de ses délégations, il tient à rappeler le contexte ainsi que le principal objectif visé à terme, celui de la réconciliation de tous les fils dans un cadre juridique et institutionnel, tel que l’a voulu le chef de l’état du Cameroun. Et pour cela, le chef du gouvernement, tien à rappeler que ces assises du dialogue devraient permettre à l’ensemble des forces politiques du pays, de s’approprier
définitivement les leçons des crises passée. A ce titre, il a invité les acteurs politiques à œuvrer davantage à la consolidation des acquis.

Le déroulé

La première est destinée à l’ouverture des réflexions et devra durer une semaine à l’issue desquelles, les contributions des partis politiques seront soumises au bureau, lequel va préparer la deuxième rencontre. La seconde phase consistera en une discussion entre le gouvernement et les partis politiques pour présenter les différentes propositions et ainsi rechercher «le meilleur compromis» sur les points de divergence».

Les travaux du dialogue national inclusif se dérouleront dès la fin du mois de septembre 2019. Ces assises siègeront pour deux semaines, au palais des Congrès de Yaoundé. Le journal La Nation d’Afrique a constaté que rien n’a été dit quant à la hauteur des charges couvertes par le trésor public. Partant du principe de la transparence, il est normal sinon impératif que les comptes – rendus d’activités de ces assises soient publiés. Dès lors que ces activités engagent des dépenses publiques, il est important que les aspects financiers soient également rapportés au peuple par souci de redevabilité.

Face au silence observé sur le budget de ces assises de quatorze jours, votre journal a tenté d’apporter un peu d’éclairage sur quelques charges apparentes qui ont été couvertes aux frais du trésor public. Ainsi, trois indicateurs ont servi pour cette évaluation approximative, le temps que le facilitateur et son cabinet ne daigne prendre la bonne habitude de rendre compte et peut être mieux, le gouvernement lui-même. De toutes les façons,

Mise à disposition de la salle, 2.500.000

Il n’est un secret pour personne que c’est la grande salle du Palais de congrès qui abritera ces travaux durant quatorze jours. Alors des frais seront engagés.

Renseignements pris, il s’avère que toute personne désireuse de prendre en location la salle est appelée à payer le prix de 2.500.000frs par jour.
Partant de cette base, la note payée aux frais de l’Etat serait de:

Salles du Palais de congres : 2.500.000 FCFA x14 j= 35.000.000

Restauration

-Pause-Café
Les 500 participants (moyenne prise) travaillant à longueur des journées auront droit à un repas et deux pauses café par jour. Ainsi, les prix sont :7500frs/personne pour une pause-café et 15000frs/personne pour le buffet. Donc, si les deux pauses café coutaient 15000frs par jour et les quatorze jours, le buffet journalier aura coûté 105.000.000frs pour l’ensemble de jours. Coût total : 210.000.000frs

Allocation participants

A en croire un membre du Comité préparatoire du dialogue national, les frais seraient fixés selon le standard des Nations Unies, soit 285$ par personne par jour. Par conséquent, quotidiennement les 500 participants toucheront sur la durée des travaux le total donne 100.000.000frs

Hébergement

400pers x 30.000frs x14jrs =125.000.000frs

Déplacement

180.000.000frs

Rafraîchissant

3.500.000frs

Il y a d’autres charges telles que la communication, les impressions de la documentation, l’achat des fournitures, la prise en charge des protocoles et du personnel d’appoint ainsi que du bureau du Facilitateur pour lesquelles nous n’avons aucune information.

Qu’à cela ne tienne, pour 125.000.000frs (apparents) et même dans l’hypothèse où le budget atteignait 3milliards FCFA, ces chiffres ne devraient pas être cryptés ou sujets tabous dès lors que tout ce qui se fait dans le cadre du dialogue national est gravé du sceau « transparence ».
Même dans les aspects financiers.

LA NATION N° 403 Lundi 16 Septembre 2019

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer