Economie

Aviation civile : Une mission d’audit de l’Oaci attendue au Cameroun

La préparation était au centre de la réunion ordinaire du Comité national de sûreté, présidée par le ministre des Transports, le 30 avril 2021 à Yaoundé.

Le secteur de l’aviation civile est extrêmement sensible quant aux questions liées à la sûreté et à la sécurité. D’où la rigueur des normes universelles qui le gouvernent, avec l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale), qui joue véritablement le rôle de gendarme. C’est ainsi qu’elle effectue des missions de contrôle et d’audit dans tous les pays, et à des intervalles de temps précis, pour s’assurer que toutes les mesures de sûreté et de sécurité sont bien appliquées suivant les exigences prescrites. La dernière mission d’audit de l’OACI au Cameroun a eu lieu en 2018.

Le Cameroun avait un niveau acceptable, même s’il y avait encore certains détails à parfaire à travers des recommandations du rapport d’audit de l’OACI, au niveau des aéroports du Cameroun. « L’on peut noter ici et avec beaucoup de satisfaction, des avancées sur les aéroports internationaux de Yaoundé et Douala, où la CCAA (Cameroon Civil Aviation Authority, ndlr) et ses partenaires ont introduit l’intelligence artificielle, à travers l’acquisition d’un logiciel de détection d’objets réglementés en cabine. L’on relève aussi le renforcement des capacités des agents opérationnels de sûreté (AOS) de la CCAA avec leur re-certification à l’inspection filtrage et à la formation en « marchandises dangereuses » dans le but d’accroître et de renforcer les contrôles d’accès dans ces plateformes aéroportuaires », s’est réjoui Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehe, le ministre des Transports, à l’ouverture des travaux de la réunion ordinaire du Comité national de sûreté, qui s’est tenue le 30 avril dernier à Yaoundé.

Lire aussi
Cameroun - Port autonome de Douala : Voici les navires de la rénovation

Un ciel sûr malgré la Covid19

L’on a appris aussi du ministre des Transports que grâce au financement de la Banque Mondiale, la CCAA poursuit les travaux de bitumage et de réfection des routes de patrouille, la réhabilitation complète des clôtures de sûreté et la construction des Centres directeurs des opérations d’urgence (CDOU) de Yaoundé, Garoua et Maroua. Toutes ces actions tendant à améliorer les systèmes de sûreté dans les aéroports du Cameroun. La CCAA s’est employée à réguler ces détails et à ce jour, une autre mission d’audit de l’OACI est attendue au Cameroun. D’où la convocation de la réunion ordinaire de ce Comité national de sûreté. « Par rapport à l’enjeu de ce Comité, notre système de sûreté de l’ensemble des aéroports est régulièrement audité. Il a été audité en 2018.

Nous avons eu un niveau acceptable pour la communauté internationale et ils reviennent encore en 2021. C’est un exercice normal, qui se fait dans tous les pays. Donc, il est question ici, avec le Comité national de sûreté, de préparer cet audit et notamment, de réviser le programme national de sûreté, qui assigne à chaque responsable ses missions pour la mise en œuvre des mesures de sûreté », a indiqué Paula Assoumou Koki, la directrice générale de la CCAA. Cette mission d’audit de l’OACI est annoncée dans un contexte où la survenue de la pandémie à Covid19 a impacté sur les activités aéroportuaires dans le monde entier. Le Cameroun, comme beaucoup d’autres pays dans le monde, a pu s’adapter pour garder l’équilibre de son système de sûreté aéroportuaire. « Le secteur de l’aviation civile se porte bien, malgré la Covid19. C’est un secteur extrêmement résilient, qui sait s’adapter. Donc, avec la survenue de la Covid19, le gouvernement, a pris un certain nombre de mesures importantes, pour être appliquées par tous les acteurs de l’aviation civile. Ces mesures sont appliquées et font qu’au niveau de nos aéroports, des compagnies, on n’a pas de craintes particulières vis-à-vis de la Covid19.

Lire aussi
Cameroun - Dysfonctionnements : La révolte des partenaires de la Régie du PAD

Mais évidemment, la Covid a eu un impact majeur sur le trafic, c’est-à-dire aussi sur les ressources financières de tous les acteurs. Bien que tous ces acteurs continuent à mettre à un niveau acceptable toutes les mesures de sûreté, il y certaines petites difficultés dues à ces contraintes financières, comme d’ailleurs dans beaucoup de secteurs », a reconnu la directrice générale de la CCAA. Au regard des avancées faites dans ce domaine de sûreté et de sécurité dans les aéroports du Cameroun, c’est en toute sérénité que le Cameroun attend cette mission d’audit de l’OACI, pour un ciel plus sûr.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page