Politique

48ème Fête de l’unité nationale : Le Message patriotique de Maître Akere Muna

Ses propos bien que laconique n’ont pas laissé ses compatriotes indifférents.

L’ex Bâtonnier au barreau du Cameroun, très proactif dans les réseaux sociaux a adressé un message à ses compatriotes, à l’occasion de la commémoration de la 48ème fête nationale. Les internautes ont pu ainsi prendre connaissance de ce message en ouvrant sa page. Très concis et précis ses propos sont loin de laisser indifférent les camerounais de tout bord soucieux de l’avenir de son pays. En quelques mots, il a su toucher la sensibilité des uns et des autres : « En ce 48ème anniversaire de la fête nationale, nous devons réfléchir. Notre nation est menacée par une pandémie et par la division. Aveuglés par nos egos, nous sacrifions le sort du plus grand nombre dans l’intérêt d’une très petite minorité. Je garde espoir que nous vaincrons. » c’est en substance ce qu’il a publié sur sa page.

Il convient de souligner que Maître Akere Muna né le 18 août 1952, fils de Salomon Tandeng Muna, ancien Président de l’Assemblée Nationale et artisan de l’unité nationale de 1972. Il a été candidat à la dernière élection présidentielle, avant de se retirer au profit de Maurice Kamto, le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Parfaitement bilingue cet avocat de formation jouit d’une notoriété internationale hors du commun. Sa proximité avec de nombreux Chef d’Etat à travers le monde fait dit de lui qu’il est un faiseur de Président.

Lire aussi
Régionales 2020: Bapoh Lipot condamne les appels à l’insurrection

L’ex bâtonnier, comme Cabral Libii et Maurice Kamto, est revenu sur la menace qui pèse sur l’unité national. « Notre nation est menacée par une pandémie et par la division. » Ce n’est donc pas un fait du hasard que pour un évènement on retrouve dans les propos de trois leaders politique fussent-ils de l’opposition la même constance, alors qu’au préalable ils ne se sont pas concertés. Malheureusement comme on le dit, quand le sage montre le ciel, c’est plutôt son doigt que l’on regarde.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page