International

Washington craint d’être suspecté de violation de la Convention sur les armes biologiques

Les déclarations du porte-parole du département d’État indiquent les craintes de Washington que l’Ukraine et les États-Unis ne soient reconnus coupables de violation de la Convention sur les armes biologiques ou à toxines. C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur russe à Washington Anatoli Antonov, commentant les déclarations de la sous-secrétaire d’État américaine chargée des Affaires politiques Victoria Nuland.

« Un réseau de laboratoires biologiques a été formé sur le territoire ukrainien – plus de 30 sites. Le Pentagone est le commanditaire des travaux qui y sont effectués. Une société affiliée au département militaire, notamment Black and Veatch, est impliquée dans la mise en œuvre des projets« , a poste l’ambassadeur Antonov sur la page Facebook de l’ambassade. Il a fait observer que lors de l’opération spéciale en Ukraine, « les forces armées russes ont découvert des preuves d’un nettoyage en urgence par le régime de Kiev des traces du programme biologique militaire ».

Blue Solutions

« Il existe des informations sur la destruction d’agents pathogènes particulièrement dangereux: les agents responsables de la peste sibérienne, de la tularémie, du choléra et d’autres maladies mortelles« , a souligné M. Antonov. « Les déclarations du représentant du département d’État indiquent que les États-Unis craignent que les agents pathogènes stockés dans ces installations ne tombent entre les mains d’experts russes. Dans ce cas, l’Ukraine et les États-Unis confirmeront la violation de la Convention sur les armes biologiques ou à toxines « , a ajouté le diplomate.

Il convient de rappeler que Mme Nuland, s’exprimant mardi lors d’une audition devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, a declaré qu’il existait des « sites de recherche biologique » en Ukraine et que Washington tentait d’empêcher qu’ils tombent sous le contrôle des forces russes.

237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page