Politique

Voici pourquoi le media commando Jeune Afrique s’attaque à Chantal BIYA

Jeune À FRIC, des mendiants et oiseaux de mauvais augure derrière le stylo.

Depuis des années les médias commandos Jeune Afrique, Rfi et les journaux français Libération et Le Monde mènent les mêmes les « raids médiatiques » contre le Cameroun dans l´optique de déstabiliser notre pays par voie insurrectionnelle. Ceux-ci ne lésinant sur aucun moyen, sont même allés jusqu´à soutenir la nébuleuse terroriste Boko Haram contre le Cameroun.

Peu de gens le savent mais, le Journal francafricain Jeune à Fric, pardon Jeune Afrique n´a jamais pardonné au président Paul Biya son refus de faire des Atalaku au maniaque franco-tunisien Béchir Ben Yahmed. Depuis un demi siècle ce Média Commando au service des intérêts de la France coloniale n´a cessé de s´enrichir sur le dos des dirigeants et des peuples africains.

Pour le site Mediapart, « Jeune Afrique fait clairement partie intégrante des réseaux Foccart du Quai d´Orsay avec la mission de salir, d’insulter les dirigeants et chefs d’État de la seule Afrique Noire. Depuis sa création, Jeune Afrique n’a jamais traité un chef d’État Arabe de dictateur, de tueur, et pourtant tout le monde peut faire son constat sur la réalité des pays arabes. Jeune Afrique est la manifestation de la haine et de la soumission des seuls Africains noirs à la France. En dehors des opérations de chantage à l’encontre des chefs d’État africains, s’ajoute l’escroquerie qui fait que ce journal soit vendu deux fois. Chaque impression est d’abord présentée au chef d’État ou homme politique concerné avant d’être mis en kiosque. C’est ainsi qu’il permet de maintenir en négociation et mettre la pression sur les dirigeants noirs africains. »

Comment comprendre la campagne de sabotage orchestrée par ce media commando contre la première dame Chantal BIYA ?

A l´écoute de ses conseillers il y a quelques années, le président Paul Biya avait signé un contrat avec le magazine Jeune Afrique avec pour but de mieux vendre l´image du Cameroun à l´international. Malheureusement pendant quatre ans, entre rétrocommissions et surfacturations des intermédiaires et de Jeune Afrique, le président Paul Biya avait jugé ce contrat publicitaire de 650 millions par an trop onéreux, et avait donc décidé de mettre fin aux paiements des prestations gourmandes. Car pour le chef de l´État camerounais, ces 650 millions pouvaient servir pour la construction de routes, d´écoles, d´hôpitaux au Cameroun. Depuis lors, ce média commando s´est juré d´œuvrer pour la chute l´homme Biya (jugé récalcitrant et peu docile) à la tête du Cameroun. Un candidat docile avait été trouvé: Kamto Maurice. Nous ferons ici l´économie des unes à la gloire du vecteur de l´ethnofascisme et de la division au Cameroun.

D´après Paul Kandem,  » le grand financier (proche de Jeune Afrique) des pseudos révolutionnaires camerounais vit aux Etats-Unis. Il se nomme George Soros. C’est un homme d’affaires très puissant qui estime devoir et pouvoir « acheter » les opposants de certains pays – pour tenter de renverser les gouvernement et y imposer ses valeurs. Au Cameroun, le grand ami de ce « philanthrope » est Maurice Kamto. Lui et son équipe de campagne ont reçu le soutien des organisations financière de George Soros, mais aussi le soutien moral et propagandaire des ONG financées par M. Soros, comme Amnesty International ou encore Transparency. Mais cela ne suffit pas. Pour dénigrer le gouvernement et toucher le plus grand nombre de lecteurs, les hommes de Soros et Kamto utilisent le « black market » de Jeune Afrique. Vous donnez, 40,000 ou 50,000 dollars à des journalistes, et ils s’occupent de tout. Ainsi, alors que l’opposition Camerounaise vient d’échouer dans sa tentative de coup d’Etat, alors qu’elle a échoué à prendre d’assaut les ambassades à l’étranger. »

Vous avez compris, incapable d´abattre l´époux Biya, le magazine aux ordres Jeunes A Fric a donc décidé de s´attaquer à l´épouse Chantal Biya en laissant entendre que, c´est elle désormais qui tient les rênes du pouvoir au Cameroun à la Grace Mugabe. Ce qui est une désinformation et une élucubration sans fondement au service de leur poulain Kamto Maurice incarcéré pour trouble à l´ordre public, insurrection, détournements de fonds publics et hostilité à la patrie. Toute cette campagne bancale de manipulation et de désinformation, n´a qu´un but: mettre le Cameroun à feu et à sang en jetant le peuple dans la rue. Mais le peuple camerounais n´est pas dupe et connaît les visées insurrectionnelles de la bande à Kamto.

A travers les dernières décisions prises et son discours à la jeunesse, cela ne fait l´ombre d´aucun doute, le chef de l´État camerounais est aux manettes de l´institution présidentielle après sa réélection le 07 octobre 2018, et entend mener son mandat jusqu´au bout. Il n´y a pas deux capitaines dans un bateau. N´en déplaise aux esprits chagrin aux prédateurs de tous poils. Travailleur inlassable, le chef de l´état camerounais a déjà mis le cap sur les élections municipales et les législatives. Sans oublier les interpellations en cours des gangsters à col blanc qui doivent rendre gorge.

Commenter avec facebook

Source
Meka Amba
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer