Sport

Variant Omicron : Polémique sur une incertitude autour de la CAN au Cameroun

Le Centre des opérations d’urgence de santé publique a dévoilé des mesures spéciales lundi dernier afin que la Can ne soit pas un foyer de contamination du Covid-19.

Dévoilé lundi 13 décembre dernier à Yaoundé par le Centre des opérations d’urgence de santé publique (Cousp), le dispositif sanitaire spécial CAN 2021 est quelque peu passé inaperçu pourtant c’est l’une des principales attentes des grands protagonistes de la compétition, à l’affût des mesures barrières déployées pour éviter que le plus grand tournoi de football africain ne se transforme en un foyer géant de contamination du Covid-19. Selon ce dispositif sanitaire, 2 000 personnels soignants seront mobilisés pour mener à bien ce déploiement spécial.

Blue Solutions

Le Centre des opérations d’urgence de santé publique envisage aussi de réaliser un million de tests en un mois. Le dispositif sanitaire ne change pas pour les cinq villes hôtes de la compétition : Yaoundé, Douala, Bafoussam, Garoua et Limbé. Et pour avoir accès à ces 5 différents stades durant le plus grand tournoi de football africain, il faudra un « passe sanitaire ». Il s’appliquera aussi bien aux équipes en compétition qu’aux spectateurs. Tout le monde devra se faire tester.

Toujours selon le Centre des opérations d’urgence de santé publique, les tests de type PCR seront réservés aux joueurs et à toutes les personnes qui se trouvent dans la « main courante » : officiels, ramasseurs de balles, arbitres. Un test antigénique sera exigé pour les gradins et les fan-zones. Au Cameroun, tous les tests seront gratuits, qu’ils soient faits via la plateforme de prise de rendez-vous Mamalpro ou sur les sites de dépistage qui seront couplés aux sites de vente. Engagement est pris, aucun billet ne sera vendu sans test négatif. Le passe sanitaire des personnes vaccinées sera valable une semaine. Les personnes non-vaccinées, elles, devront faire un test négatif de moins de 24 heures.

L’Europe reste incontestablement l’épicentre de la pandémie du Covid-19. L’essentiel des délégations, journalistes, supporters, touristes attendus au Cameroun en janvier 2022 sont des résidents de ce « vieux » continent. Et les risques que les diverses interactions et flux poussent la propagation du Covid-19 dans le pays d’accueil du plus grand tournoi de football africain sont réels.

C.T. / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page