CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Société

Rentrée du 1er juin: L’église catholique dit NON et met ses enseignants en chômage technique

Après deux jours d’une tripartite houleuse tenue à la délégation du travail du Centre, le secrétariat à l’Education catholique de Yaoundé met en chômage technique tout le personnel enseignant pour une période allant du mois de mai à septembre 2020.

« Pas de salaires divisés, pas de licenciements, pas d’affectations imposées ; Monseigneur l’archevêque, servez nos banques, archevêque, notre argent ». Telle est la kyrielle de revendications formulées par les enseignants de l’Ecole privé catholique de Yaoundé mercredi 27 mai 2020. Il est 14 h20 lorsque le reporter du Messager débarque sur les lieux alors qu’une réunion de crise vient de débuter à la délégation régionale du Travail du Centre sous les commandes de Roland Njamsi Nteban, patron des lieux.

Cette réunion fait suite à la saisine du Collectif des délégués du personnel et le Secrétariat à l’éducation(Seduc) relativement aux mesures gouvernementales qui suspendent les activités dans les établissements scolaires suite à la pandémie de la covid-19 qui sévit au Cameroun et le monde entier. C’est alors que le Secrétariat à l’éducation de Yaoundé (Sedy) qui est l’employeur, après de longues réflexions a trouvé bon d’envoyer tout son personnel enseignant en chômage technique et de diviser leur salaire en deux pour les mois allant de mai à septembre afin de limiter les charges.
Une décision que le personnel enseignant n’a pas applaudit et a donc trainé son employeur à la délégation du travail le mardi 26 mai 2020 pour mieux comprendre les raisons qui motivent cette résolution. « Le chef du gouvernement avait rendu publique la suspension des cours le 17 mars 2020 alors que nous étions à une semaine du départ des congés du 2ème trimestre. », précisent les délégués du personnel de ladite structure. Et de poursuivre « Nous sommes payés à base des scolarités versées par les parents. Ces scolarités sont déjà perçues avant le 08 février 2020. Notre employeur ne doit pas nous imposé une assistance technique prétextant qu’il n’a pas d’argent, vraiment c’est malhonnête et même si c’est le cas qu’il paye au moins 75% et non la moitié », regrettent-ils. La journée finie alors sous tension et sans issue.

Une journée de résolutions

Rendu à la deuxième journée de la crise le 27 mai 2020 dans la même délégation à Yaoundé, le Directeur des ressources humaines du secrétariat à l’éducation de Yaoundé sous un ton dominant clarifie le renseignement aux personnels enseignant selon lequel, le Sedy n’a pas la capacité de mobiliser 360 millions Fcfa pour s’occuper de son personnel pendant la crise. «Si notre personnel ne nous comprend pas alors nous ne pouvons rien. La situation ne dépend pas de nous donc à ce niveau il n’y a pas débat. Pas de miracle », précise Gaspard Omboro, Directeur des ressources humaines du Sedy. Après plusieurs tentatives de négociation, la position de l’employeur est restée inchangée et les espoirs des employés stériles.

C’est ainsi qu’après débat un procès-verbal de conciliation a été signé des deux parties et de l’administration du travail en arrêtant ce que suit : « la mise en chômage de tout le personnel enseignant du mois de mai à septembre 2020 ; pendant le chômage technique, tout le personnel aura droit à une indemnité qui est égale à 50% du salaire net pour le mois de mai et 40% pour les mois de juin juillet août et septembre ;tous les enseignant reprennent leur poste de travail dès la reprise des cours à partir du 05 octobre 2020 ; les impôts et la Cnps seront à la charge de l’employeur pendant cette période ; l’employeur s’engage à saisir les banques dans lesquelles les salaires des travailleurs sont payés pour demander la rallonge des remboursement des prêts contractés par travailleurs ; pendant cette période, le service est assuré dans les écoles par les responsables hiérarchiques( directeurs et directeurs-adjoints) ». Affaire à suivre !

Axel ABANDA (Stg)

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer