Economie

Relance : Le vice-président de la Banque mondiale au Cameroun

Le Mauritanien Ousmane Diagana est annoncé pour une tournée en Afrique centrale qui le conduira respectivement au Cameroun et en République centrafricaine.

« Cette visite fait suite au sommet extraordinaire des chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) [tenu le 18 août dernier] et vise à réaffirmer l’engagement de la Banque mondiale dans la zone afin d’accompagner les gouvernements à mettre en œuvre les réformes et les investissements nécessaires pour une reprise verte, résiliente et inclusive », fait savoir la Banque mondiale. M. Diagana a débuté sa visite le 12 septembre par le Cameroun où il s’entretiendra avec les autorités gouvernementales sur les grandes priorités de développement du pays. Jusqu’au 15 septembre, il rencontrera également les partenaires au développement, des représentants d’organisations de la société civile, le personnel médical du centre international de vaccination et visitera une école.

La visite se conclura en République centrafricaine du 15 au 17 septembre où le vice-président rencontrera les plus hautes autorités centrafricaines, les partenaires du développement, ainsi que des acteurs de la société civile et du secteur privé. La délégation assistera par ailleurs à une table ronde sur l’accès à l’électricité.

Ousmane Diagana coordonne les relations de la Banque mondiale auprès de 22 pays et gère un portefeuille de projets, d’assistance technique et de ressources financières de plus de 40 milliards de dollars (22 225,6 milliards de FCFA à la valeur actuelle du dollar). Dans le même temps, la Banque mondiale a un partenariat avec les pays membres de la Cemac, fournissant une gamme de soutien, y compris des programmes d’investissement, un soutien budgétaire, des services de conseil et une assistance technique. À ce jour, les engagements nets de la Banque mondiale dans les pays de la sous-région s’élèvent à plus de 5 milliards de dollars (2778,25 milliards de FCFA), couvrant des investissements dans le capital humain, les infrastructures, l’énergie, la foresterie et l’agriculture.

F.E

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page