Sport

Récompense du Chef de l’État aux héros de 90 : Roger Milla est un égoïste

30 ans après, la coupe du monde 90, fait le buzz dans les médias camerounais.

Le don de 22 logements sociaux récemment octroyé aux valeureux lions de cette épopée glorieuse, par le Chef de l’Etat, est à la base de toutes sortes de polémiques, à travers les radios et plateaux de télévision. Qu’ils s’agissent de Joseph Antoine Bell dont certains estiment qu’il n’avait pas droit au chapitre, ou la qualité desdits logements. Mais la cerise sur le gâteau, c’est la polémique entre Eboua Elame, journaliste sportif émérite et Albert Roger Mille, au sujet de cette coupe du monde qui a enflammé, les studios de Royal FM, le samedi 22 août.

Si c’est bel et bien le Chef de l’Etat qui a décidé du départ de Roger Milla, Eboua Elame défend à cor et à cri qu’il est le seul qui à l’époque défendait ce dernier, et par ricochet a provoqué le déclic de la décision de son intégration dans la sélection nationale par le Chef de l’Etat. Ce que Roger Milla ne reconnaît pas, et qui a suscité une vive polémique. Mais le journaliste en voulait pour preuve, la brouille qu’il a eue avec Jean Lambert Nang, et que Royal FM avait eu à diffuser. Il ajoute que lorsque Milla, qui il faut le rappeler, entrait comme remplaçant, un peu comme Tchoupo Moting dans PSG aujourd’hui, a commencé à réaliser des prouesses, le Professeur Gervais Medo Ze, a signé en guise de récompense, son ordre de mission pour l’Italie.

Lire aussi
New Star lance un recrutement massif de joueurs : cette décision fait suite à sa réhabilitation en Elite One par le TAS

Cependant, l’ancien chroniqueur sportif de la CRTV, qui dit-il était l’un des rares journalistes à plaider la cause de Roger Milla, vomi par tous à cette époque, ce qui est une vérité presque absolue, dit ne pas être favorable à la discrimination qui a été, ou qui est faite des retombés de cette coupe du monde. Lui qui étaient de la partie, en tant que journaliste, n’a reçu aucune récompense, ni de la part des institutions, et encore moins de Milla qui a presque tout eu de la République.

La polémique s’enfle du fait que non seulement Eboua Elame était constamment contredit, le plus souvent à tort par Milla et le présentateur, mais surtout du fait que Milla a nié la présence de Mikado à cette coupe du monde. De surcroît le joueur du siècle ne reconnaissait à Eboua Elame aucun fait d’arme. « Tu ne faisais que ton travail », a-t-il répété plusieurs fois au cours de ce débat. Pourtant lui-même en tant que joueur de surcroît repêché ne faisait aussi que son travail, en dépit du don présidentiel sur lequel il est en train de cracher. Quelle ingratitude !

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page