Politique

Propos désobligeants de Dzongang sur Equinoxe TV : la preuve par 9 que le Cameroun n’est pas une terre de dictature

Sous d’autres cieux, ou à une certaine époque, il aurait eu maille à partir avec la justice pour avoir conspuer sans ménagement le Président de la République.

L’ancien transfuge du RDPC, aujourd’hui conseiller de l’opposant camerounais Maurice Kamto, a saisi l’occasion de son passage à l’émission dominicale « la vérité en face », pour régler les comptes à son mentor d’hier, le Président National du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais et non moins Chef de l’Etat camerounaise, son Excellence Paul Biya. Ce n’est forcement pas une digression de rappeler que l’unique fois où Alber Dzongang a été un élu du peuple (député de la nation) c’est bel et bien quand il militait dans le RDPC. Également, « la riche carrière » dont il a fait allusion au cours du débat sur les antennes d’Equinoxe TV, il le doit au RDPC. Depuis des années qu’il divague avec l’opposition rien le réussi.

Lire aussi
Saint Eloi Bidoung Répond à Maurice Kamto : L’urgence de la fuite

Si dans un Etat qui se veut démocrate et libéral, comme le Cameroun, la libre expression et les critiques sont de mise, elles devraient néanmoins se faire dans les règles de l’art, de l’éthique, et de la déontologie. Malheureusement, Monsieur Dzongang n’a pas cru devoir se plier à cette convenance somme toute élégante. « Après plus de 2h de calomnies, de délation, de dénigrement systématique et non opératoire mais surtout des faits éculés et byzantins, Albert Dzongang est rentré tranquillement chez lui, sans même recevoir un simple coup de fil d’un responsable du ministère de la communication, ni des autorités judiciaires », va s’indigner un téléspectateur bien avisé, avant de renchérir : « En Arabie Saoudite, en Israël, En Iran, en Turquie, à Malte, en Ukraine, en Russie, en Chine, dans les Émirats Arabes-Unis et même dans certains pays de l’Union Européenne, ce monsieur serait actuellement devant les autorités judiciaires pour se justifier. Comment peut-il s’exprimer ainsi ? ».

Lire aussi
Conférence semestrielle des gouverneurs: Paul ATANGA NJI remonte les bretelles à Maurice KAMTO

Au regard de tout ce qui précède, dire que le Cameroun est une dictature, revient à exposer sa mauvaise foi et surtout son inculture. Tout au contraire le Cameroun semble avoir pris une longueur d’avance en matière de droit de l’homme et des liberté collectives et individuelles. C’est pourquoi nous pouvons dire avec Abraham Lincoln qu’« aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. »

Tags
Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer