Société

Perception populaire de l’Opération épervier: Entre espoirs et désillusions

Au-delà du discours, l’opinion reste divisée sur l’efficacité de la lutte contre les atteintes à la fortune publique annoncée par le président de la République.

Il suffit parfois d’une rumeur pour que l’opinion se mette en transe. C’est le cas depuis quelques mois. Comme portée par des vents inidentifiés, l’annonce d’un réaménagement gouvernemental souffle sur l’espace public national. D’abord perçu comme une brise qui berçait le train-train des masses, elle s’est emparée des médias électroniques. L’annonce d’un nouveau gouvernement en gestation s’est ensuite transformée en une tempête qui déterre à son passage les secrets les plus enfouis par les gestionnaires de la fortune publique.

Viole l’étanchéité des coffres les mieux blindés et déchire les voiles les plus sombres dans la nuit sombre et risquée des milieux du pouvoir. Sur la
place publique s’amoncèle en grand nombre la litanie des péchés et abominations des ministres, directeurs généraux et autres élites soupçonnés de vouloir se maintenir aux affaires ou prétendument pressentis à quelque charge. Cette ambiance nourrit de confessions, dénonciations, délations, répliques, alliances de convergence et parfois des coups bas de toutes natures est connue des observateurs de la scène politico-administrative camerounaise. A la réalité, c’est un rituel qui s’est imposé à la veille de chaque annonce de renouvellement gouvernemental.

C’est que à chaque fois que ce printemps est susurré dans quelques salons feutrés, les protagonistes comme dans une nuit de pleine lune se métamorphosent en créature sanguinaires, sortent griffes et crocs pour la dernière bataille à mort. Chacun se prononçant de la légitimité d’œuvrer pour la lutte contre l’assainissement des mœurs publiques, la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics. Seulement, si par le passé ce regain d’intérêts pour certains gestionnaires de la fortune publique suscitait des émules dans les masses, place est désormais au questionnement sur l’opportunité de cette levée de bouclier. Surtout, l’on interroge la portée de l’opération d’assainissement de la gouvernance publique lancée, il y a vingt ans, par le président de la République. Un projet dont la perception divise quelque peu au sein de l’opinion camerounaise.

Lire aussi
Cameroun - genèse: Quand Paul Biya lançait l'opération l’épervier

Les adeptes du projet du «Renouveau»

Malgré la multiplication des organes créés pour lutter contre la corruption et les détournements de deniers publics ces vingt dernières années, aucun sondage ne permet de chiffrer la perception que les camerounais font des différentes opérations initiées par Paul Biya. Du coup, au hit parade des sujets en vogue au cours des vingt dernières années, la lutte contre la corruption semble n’avoir pour alter ego que celle sur l’alternance à la tête de l’Etat.

Autant dire que les camerounais émettent trois types d’opinions sur l’initiative d’amélioration et d’assainissement de la gouvernance publique. Seule ligne de convergence : rendre efficace la lutte contre la corruption en améliorant les conditions de vie du grand nombre. Cette convergence situe à la fois l’engagement de nombreux camerounais au côté de l’homme du 6 novembre 1982 et les oppositions nées tout au long de ses 37 ans de magistère à la tête de l’Etat. En effet, le moins que l’on puisse dire est que le projet de rigueur et de moralisation ainsi que l’Opération épervier qui en découle sont partagés par l’essentiel des compatriotes de Paul Biya. D’autant que selon son précurseur, lui-même, cette nécessité constitue un préalable à la construction d’un Etat moderne. Des raisons pour tous de reconnaître avec Paul Biya que le fléau de la corruption dépossède l’Etat des ressources prévues à l’amélioration des conditions de vie de tous. Tout comme partisans et contradicteurs du président de la République acquiescent qu’il faut combattre la corruption et les détournements des deniers publics avec conviction, constance, détermination, fermeté et impartialité. Là s’arrête le consensus populaire sur la lutte contre la corruption initiée par Paul Biya.

Faute d’efficacité

Deux décennies après la proclamation du discours éthique de Paul Biya, le projet d’amélioration de la gouvernance publique ne tient pas la promesse de l’annonce. Sous la pluie des détournements et des modes opératoires qui se multiplient et se perfectionnent à partir de la haute administration, les inégalités sociales accroissent. Sous l’effet des riches énigmatiques qui voient le jour, la tension sociale monte. Du coup, l’efficacité des différentes opérations annoncées par le président de la République suscitent un écho contraire aux résultats proclamés. Une posture partagée par une frange de l’opinion qui y ajoute les curiosités observées dans le choix des personnes inculpées ou condamnées. Non pas que l’administration camerounaise ne compte pas en son sein des commis vertueux mais le mal semble tellement enraciné que cette opinion doute que des mécanismes ne soient mis en branle pour protéger les têtes pensantes au détriment des hommes lige ou des adversaires. Un argument conforté par la gestion et le déroulement de certaines procédures judiciaires liées à ce que l’opinion dans son ensemble nomme désormais «Opération épervier». Des procédures dans lesquelles sont souvent cités des magistrats et d’autres personnalités politiques proches du parti présidentiel. Sans jamais voir des poursuites engagées contre elles.

Lire aussi
Cameroun - genèse: Quand Paul Biya lançait l'opération l’épervier

Où sont les biens recouvrés ?

Cette conduite jugée discriminatoire du projet d’assainissement de la gouvernance publique a depuis longtemps ouvert le champ à une faction intermédiaire. Celle de ceux qui approuvent l’avènement de l’opération sans vraiment croire aux résultats promis. La frange de l’opinion qui y adhère campe sur l’impératif de voir les principaux de la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics présenter des résultats probants. Dans cette optique, l’on s’impatiente de voir Paul Biya présenter la moisson de la battue dont il ressasse le discours depuis vingt ans. D’autant que les principaux motifs de cette opération sont la préservation du bien commun et la restitution des ressources et autres biens distraits par les fossoyeurs. Pour cette partie de l’opinion, d’ailleurs rejoint par le grand nombre, la réussite de l’opération d’assainissement de la gouvernance publique requiert l’équité. Loin de se qui apparait souvent comme des règlements de compte politique au sein de la classe gouvernante.

Joseph OLINGA N.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer