Opération Epervier : Plus d'un milliard Fcfa déjà récupéré

Révélation du garde des Sceaux vendredi dernier à l??Assemblée nationale.Répondant aux questions des députés lors de la séance plénière d??adoption des deux lois visant un meilleur encadrement juridique de la lutte contre la corruption, le vice-Premier ministre en charge de la Justice, Amadou Ali s??est appesanti, sur le remboursement de l??argent détourné. Il a indiqué devant la Représentation nationale qu?? «un milliard 200 millions était déjà récupéré auprès des individus qui bénéficient d??un non-lieu».

Le garde des Sceaux s??est du reste désolé de ce que «certains détenus soupçonnés par exemple d??avoir détourné 500 millions Fcfa préfèrent nier les faits et aller dépenser plus de cette somme auprès de la justice par des actes de corruption. D??ailleurs, certains de leurs avocats se sont lancés dans le dilatoire de manière à ce que les procès ne se tiennent jamais. On assiste à des renvois à n??en plus finir. Les deux lois soumises à votre attention vont permettre d??encadrer de tels actes».Et le député Sali Daïrou, citant en exemple les méthodes utilisées par le comité de lutte contre la corruption aux Etats-Unis pour traquer les faux magistrats soupçonnés d??acte de corruption, a voulu savoir qu??est ce qui est fait pour réduire la corruption au sein de la justice camerounaise. «Tout corps a ses brebis galeuses. Plus de 300 dossiers disciplinaires des personnels de la magistrature sont actuellement en étude et c??est le conseil national de la magistrature qui va statuer pour chaque cas. Mais, sachez que la loi protège les magistrats en ce qui concerne la diffusion des sanctions. J??ai fait arrêter et écrouer à la prison centrale de Kondengui, un monsieur qui rançonnait à mon nom les prétendus «éperviables». C??est à l??hôtel des députés que nous l??avons arrêté après un guet-apens».Le député Fodjo a, quant à lui, interrogé le vice-Pm sur la formation des magistrats à la maitrise des deux lois adoptées vendredi. « Le gouvernement, de concert avec les partenaires au développement, mettent tout en ?uvre pour la formation des magistrats. Le chef de l??Etat vient d??autoriser le recrutement de 600 magistrats, d??un millier de greffiers et de 1700 personnels de l??administration judiciaire pour une période de 5 ans afin de répondre aux besoins en personnel du fait de l??agrandissement de la carte judiciaire du Cameroun. D??ici quelques années, chaque arrondissement du pays sera doté d??un tribunal». Pour le cas des 600 faux diplômés démasqués lors de l??opération de recrutement spécial de 25000 jeunes à la Fonction publique, Amadou Ali a souligné : «Dès que je serai saisi par le ministre de la Fonction publique et de la Reforme administrative, ces faux diplômés seront sévèrement sanctionnés».
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *