Manœuvres terroristes de Médecins Sans Frontières : l’éclairage du MINDEF

Médecins sans frontières

Suite à l’interception d’une des ambulances de l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF), ayant à son bord un terroriste blessé, le Chef de la Division de la Communication du Ministère de la Défense (MINDEF) Cyrille Serge Atonfack Guemo, vient de faire une sortie épistolaire, dans laquelle il apporte des précisions sur ce qui s’est réellement passé le 25 et 26 décembre dans la Région du Sud-Ouest.

L’après-midi du 25 décembre dernier, deux dangereux terroristes, les nommés Mbu Princely Tabe alias ‘’Général Moving Star’’ et Bessong Eugène alia ‘’ Général Pa Lampat’’, ont en effet eu un accrochage avec une patrouille de la Brigade territoriale de Gendarmerie de Tinto dans l’arrondissement de Upper-Bayang, Département de la Manyu, Région du Sud-Ouest. Sérieusement atteint, les deux crapules ont trouvé refuge dans une forêt de la localité. De cette position ils ont pu au petit matin du 26 décembre, contacter par téléphone un responsable de l’antenne Médecins Sans Frontière de Manfé. C’est ainsi qu’une ambulance de l’ONG va être dépêchée à Ashum pour l’extraction de ces deux terroristes.

À l’arrivée de l’ambulance, l’un des blessés, Besong Eugène, ayant succombé à ses blessures, le survivant Mbu Princely sera immédiatement pris en charge par l’équipe de MSF pour les premiers soins. En route pour son évacuation à la Presbyterian Medical Institutions de Manyemen, dans l’arrondissement de Nguti, Département du Koupé-Manengouba, Région du Sud-Ouest, le fugitif et ses complices de MSF seront stoppés au check point de Nguti aux environs de 09h dans la matinée du dimanche 26 décembre. Après les procédures d’identification usuelles, les premiers soins seront prodigués au terroriste Mbu Princely Tabe à l’infirmerie du 6ème BIR de Nguti, avant son transfert sous l’œil vigilant des Forces de Défense de de Sécurité vers l’hôpital de district de Manfé.

Au-delà des faits, il convient de mentionner qu’à aucun moment de cette opération d’exfiltration, MSF n’a notifié les autorités Administratives de Manyu, conformément aux protocoles opérationnels en vigueur validés d’accord parties. De ce fait, Médecin Sans Frontière s’est délibérément engagée dans une opération clandestine d’exfiltration et de couverture de terroristes, malgré les mises en garde répétées des autorités camerounaises. En outre, il ressort d’après les 1ers éléments de l’enquête en cours, que l’infirmière de bord, en complicité avec les responsables locaux de MSF, ont monté de toute pièce une fausse fiche d’évacuation avec pour nom du patient « Ndip Ben » …

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *