Société

Logements des héros du mondial 90 : Roger Milla veut porter plainte 30 ans après

Comme il est connu de tous, le Chef de l’Etat Son excellence Paul Biya a récemment ordonné l’attribution de 22 logements sociaux aux conquistadors du mondial italien de 1990.

Une promesse faite il y a trente ans à Roger Milla et ses coéquipiers, pour avoir porté très haut non seulement l’étendard du Cameroun, mais également celui de toute l’Afrique. C’est en effet grâce aux prouesses des valeureux lions indomptables à ce rendez-vous planétaire, faut-il le rappeler, que l’Afrique qui jusqu’alors n’avait droit qu’à deux place pour la coupe du monde est passé à cinq.

La mort de Stephen Tataw, le capitaine de l’équipe nationale emblématique de l’épopée glorieuse de 90, dans de circonstances peu reluisante, a créé de remous qui sont remontés jusqu’au Président de la République, qui s’est vite rendu compte, comme dans bien d’autres cas, que ses instructions n’ont pas été mis en exécution, du moins dans sa totalité. C’est ainsi qu’il va prendre des mesures pour que les anciennes gloires rentrent enfin dans leurs droits.

Lire aussi
Vie des partis politiques : le MRC dans l’œil du cyclone

Tout est bien qui finit bien pourrait-on dire ! Mais Son Excellence l’Ambassadeur itinérant Albert Roger Milla, tout en étant très reconnaissant du geste bien que tardif du Chef de l’Etat, est très remonté contre les collaborateurs de celui-ci. S’il n’a jamais douté de la bonne fois du Président qui au demeurant l’a sortie des ténèbres, il est convaincu que certains de ses collaborateurs ce sont assis sur ce dossier pendant une trentaine d’année.

Dans une émission à Canal2, il a déclaré que « si sa maison lui avait été attribuée depuis 1990, tout compte fait, il aurait déjà gagné 1,2 milliards, s’il l’avait mise en location. Par conséquence, s’il découvre l’identité de ceux qui se sont ‘’assis sur le dossier’’, il va leur porter plainte. » Sacré Roger Milla !

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page