Société

Lettre ouverte de Laure Fotso à Yves Michel : « à force de te voir agir et mal agir, Papa te savait capable de tout »

La bataille autour de la fortune et de la succession du regretté Fotso Victor, met à nu les stars et avatars de Yves Michel Fotso, l’enfant terrible de la fratrie en qui le père avait mis toute sa confiance. 

Comme en témoigne la lettre-ouverte de Laure Fotso épouse Njitap Fotso, sa demi-sœur, le pensionnaire de la prison centrale de Yaoundé, aujourd’hui en évacuation sanitaire, loin de l’admiration qu’il a suscité à une certaine époque, en plus d’être passé maître dans l’art de la fabrication du faux et de la manipulation était un bourreau pour son géniteur.

À l’en croire, derrière la silhouette raffinée de l’ex Administrateur Directeur Général de Camair-Co se cachait un usurpateur, un homme fourbe dont les actes de malfaisance ont précipité la mort de son père. C’est ainsi qu’au nombre de griefs portés contre lui on peut citer la vente de l’immeuble siège (exception faite du rez-de-chaussée), de l’immeuble-siège du Groupe Fotso, ceci, après une tentative d’écarter Fotso Victor de sa propre société, pour mieux s’en accaparer.

Lire aussi
Cameroun - Covid-19 : Le Secrétaire général de la région du Nord fuit le vaccin

D’ailleurs, suite à cette affaire pour le moins rocambolesque, Laure Fotso impute la mort du patriarche à son demi-frère : « Dix années plus tard, l’acte insensé mais volontairement mis en branle par trois de ses enfants l’a prématurément conduit à la mort. » affirme celle-ci dans sa lettre ouverte à Yves Michel Fotso. En outre elle déclare sans autres formes de procès que son père est décédé d’un arrêt cardiaque dont les prémices remontent à juin 2011, le jour de la tenue de l’assemblée générale de CIS (groupe Fotso).

 Ce jour-là Ives Michel Rachel et Roger tous frères et sœurs utérins, ont en effet eu l’outrecuidance de commettre trois huissiers de justice au siège de la CIS afin de requérir une expertise psychiatrique dans le but de déclarer leur père majeur incapable. « L’irruption des trois huissiers portant injonction provoqua une première réaction symptomatique d’attaque cardiaque : des palpitations. Celles-ci, une fois enclenchées, se répétèrent, devinrent récurrentes puis finirent par s’installer en s’aggravant. » Dixit Laure Fotso.

Lire aussi
Cameroun/Massacres de février 2008 - Hugues Seumo : « L’hommage aux victimes procède du devoir de mémoire »

Yves Michel dont le comportement et les actes sont taxés par sa sœur de séditieux, fourbe, prétentieux narcissique et parricide, aurait également perpétré de nombreux forfaits au rang desquels, la vente de l’usine de fabrication des allumettes UNALOR, la vente de FERMENCAM. Il est également accusé d’avoir vider les comptes de son géniteur dans plusieurs banques, au point d’être surnommé par ce dernier de « Simo de Bissi-Mag », et de « Fotso le truand » par Jean Félix Mamalepot.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page