Société

Le HCR demande au Cameroun de réduire les tensions

Affrontements intercommunautaires à l’Extrême-Nord. L’agence des Nations unies pour les réfugiés presse le gouvernement de tout mettre en œuvre pour réduire les tensions à l’origine du déplacement de 11000 arabes Choa et Mousgoum vers le Tchad.

Le prolongement des affrontements intercommunautaires entre Arabes Choa et Mousgoum de la région de l’Extrême-Nord a pris la forme d’un déplacement massif de vagues entières de populations forcées à fuir vers le Tchad. Les localités de départ sont séparées des villages d’arrivée de Houndouma et Ngamal au Tchad par le fleuve Logone qui fait environ 350 mètres de largeur dans cette zone. L’agence des Nations unies pour les réfugiés (Hcr) dénombre 11000 personnes issues des deux communautés ayant déjà traversé la frontière. « Selon les autorités tchadiennes, indique un communiqué du Hcr parvenu hier à notre rédaction, ces violences ont forcé 11 000 personnes des deux groupes à traverser la frontière, située à proximité de leurs villages d’origine, pour trouver refuge au Tchad. Environ 85% d’entre eux sont des femmes et des enfants et la plupart des hommes sont des personnes âgées. »

Millicent Mutuli, directrice du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre du HCR s’inquiète de la situation et interpelle directement le gouvernement camerounais et celui du Tchad : « Le Hcr, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés appelle les gouvernements concernés à tout mettre en œuvre pour réduire les tensions intercommunautaires à l’origine de ce déplacement de populations et à assurer la sécurité des personnes contraintes de fuir. »

Au Cameroun, observe le Hcr, les autorités de l’Extrême-Nord travaillent à rétablir le calme et apportent de l’aide aux victimes. Au Tchad, les nouveaux arrivés ont un besoin urgent d’abris, d’autant plus en cette période de saison des pluies. Beaucoup dorment sous des arbres, certains ont trouvé refuge dans les écoles ou des familles d’accueil. Le Hcr et ses partenaires locaux et internationaux, apprend-on, ont travaillé en étroite collaboration avec les autorités du Tchad pour leur venir en aide. « Il y a un besoin urgent d’abris temporaires car la plupart des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants exposés à un large éventail de risques de protection », a déclaré Iris Blom, Représentante adjointe du Hcr au Tchad. « Nos équipes construisent des hangars pour leur fournir un endroit sûr où dormir et pour organiser des activités communautaires pour les enfants. »

32 morts

A en croire le Hcr, des objets de première nécessité et des repas chauds ont été distribués mais les besoins en nourriture et en eau restent pressants. Les opérations d’enregistrement préliminaire des demandeurs d’asile ont commencé. L’accès aux villages d’accueil, qui se trouvent dans des zones reculées hors de toute couverture téléphonique, est rendu encore plus difficile par les pluies qui détériorent l’état des routes.
Les affrontements intercommunautaires entre éleveurs arabes Choa et pêcheurs et agriculteurs Mousgoum ont débuté le 10 août dernier à Missiska, dans l’arrondissement de Logone Birni, région de l’Extrême-Nord. Ils ont causé la mort de 32 personnes et fait 74 blessés. Certains déplacés forcés camerounais ont affirmé aux équipes du Hcr au Tchad qu’ils ont été victimes d’attaques ciblées. Ils disent que leurs maisons ont été brulées et leurs biens détruits. Au total, 19 villages auraient été incendiés.

Ces affrontements ont été causés par des tensions autour des ressources agricoles, halieutiques et pastorales. Le plus grave événement de ce type enregistré auparavant remonte à 2019 et avait causé la mort d’une personne.

« Au 1er août, les opérations du Hcr au Tchad et au Cameroun restent gravement sous-financées, avec respectivement seulement 43% et 44% des leurs besoins financiers pour 2021 couverts. Le Tchad accueille déjà 510 000 réfugiés et le Cameroun 450 000. Des fonds supplémentaires sont nécessaires de toute urgence pour répondre aux besoins des personnes déplacées de force dans ces deux pays », plaide le Hcr dans un communiqué parvenu à notre rédaction.

En plus des 11000 Camerounais qui ont fui vers le Tchad, 7 300 personnes se sont déplacées à l’intérieur des frontières camerounaises, dans le département du Logone et Chari, région de l’Extrême-Nord.

Claude Tadjon

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page