Le Cameroun sous le Choc : La FECAFOOT subit une avalanche de revers au TAS !

Samuel Eto'o

Il semble que la FECAFOOT ait connu une journée noire inégalée dans son histoire, avec une série de défaites juridiques au Tribunal Arbitral du Sport (TAS). La direction actuelle, sous la houlette du légendaire Samuel Eto’o, a été mise à rude épreuve. Les observateurs et passionnés du football camerounais sont abasourdis par cette avalanche de décisions défavorables. Mais que s’est-il vraiment passé? Pourquoi cet organisme clé du football camerounais a-t-il essuyé autant de revers?

Humiliation sans précédent à la FECAFOOT

Jamais dans l’histoire du football camerounais un tel scénario n’avait été imaginé. Pas moins de sept affaires ont été perdues en une seule journée. Ce nombre est d’autant plus choquant qu’il pointe du doigt des questions essentielles liées à la gouvernance et à la gestion des ressources humaines au sein de la fédération.

Des décisions du TAS qui font mal

  1. Pénalité Financière : La FECAFOOT est condamnée à verser près de 4 millions de FCFA à Guibai Gatama, une somme non négligeable qui pèsera sur ses finances.
  2. Réinstallation de présidents : Tant Me ACHET que KOEDEM et le magistrat Gilbert Schlick ont été rétablis dans leurs fonctions respectives par le TAS, signe d’un désaccord face à leur éviction.
  3. L’appel à une Assemblée Extraordinaire : Le TAS demande une assemblée générale extraordinaire pour traiter la vacance du pouvoir, indiquant clairement que la situation actuelle ne peut perdurer.
  4. Réhabilitation de la LPFC : La Ligue Professionnelle de Football du Cameroun, dirigée par le général Pierre SEMENGUE, a été réhabilitée, ce qui soulève des questions sur la validité des mesures prises précédemment par la FECAFOOT.

Quelles leçons pour la FECAFOOT?

Cette série de revers au TAS est une alerte claire pour la FECAFOOT. La gestion interne de la fédération, les processus de prise de décision et les relations avec d’autres entités nécessitent un examen attentif. Le Cameroun, passionné de football, mérite une fédération à la hauteur de ses aspirations et de ses rêves. Il est temps pour la FECAFOOT de se réinventer et de reconstruire la confiance avec la communauté du football camerounais.

Pour suivre de près l’évolution de cette saga et d’autres nouvelles passionnantes du monde du football, restez connecté à 237online.com.

Jean-Pierre Ekotto, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *