Economie

« La reprise d’activités de l’ex-Cellucam est une fierté nationale»

Le Directeur administratif de la Société camerounaise d’industrie et d’exploitation du bois (Scieb) s’exprime sur les procédures en cours pour le démarrage des travaux sur le site de l’ex-Cellucam à Edéa et le mode de recrutement des futurs employés de la structure.

Qu’est ce qui freine le démarrage des travaux sur le site de l’ex-Cellucam repris par la Scieb ? Ces travaux étaient censés commencer au mois de septembre.

Effectivement, lors de notre visite du site de l’ex-Cellucam au mois de juin dernier, nous avons avancé le mois de septembre 2020 comme étant celui prévu pour le début des travaux sur le terrain ; mais nous avons eu des retards à plusieurs niveaux. D’abord pour des raisons diverses. Vous n’êtes pas sans ignorer l’impact de la pandémie à coronavirus sur bien des secteurs de l’économie mondiale notamment sur le transport. La crise sanitaire, vous vous imaginez, a retardé la livraison des machines que nous avons commandées que nous attendions de l’extérieur. Fort heureusement, ces machines sont annoncées au Cameroun. Au-delà de la crise sanitaire, la saison de pluie aussi a contribué à limiter nos actions sur le terrain. Nous ne pouvions pas mobiliser les équipes pour les faire travailler sous la pluie. Par ailleurs, sans la signature de la convention, nous avions très peu de marge de manœuvre. C’est donc dire que le dossier avance et les populations doivent rester sereines. Pour nous, la reprise d’activités sur le site de l’ex-Cellucam est une affaire de fierté nationale.

Avez-vous désigné à ce jour à Edéa, des personnes attitrées auprès de qui se font les recrutements ?

Non, non et trois fois non ! Il nous est effectivement revenu qu’il se trouve actuellement à Edéa, des gens se faisant passer pour des représentants de la Scieb et qui ont d’ores et déjà lancé un processus de recrutement. Je voudrais profiter de la tribune que vous nous offrez pour dénoncer ces imposteurs. Pour revenir sur les recrutements, il me plaît de préciser que les recrutements, dans le cadre de ce projet, se font uniquement pour l’instant à travers une adresse email et un compte WhatsApp. Ceux qui se font passer pour les agents de recrutement de la Scieb à Edéa et partout sur le triangle national ne sont que de purs et de simples arnaqueurs. J’en appelle donc à la vigilance. Ceux de mes jeunes compatriotes qui souhaitent nous accompagner dans ce projet devront envoyer leur dossier à l’adresse suivante : info-AT-scieb.com ou par WhatsApp au numéro 00237 657 10 45 50. J’insiste à l’attention des postulants, c’est le seul moyen pour l’instant qu’ils ont pour déposer leur dossier chez nous.

Lire aussi
PTS-Jeunes : Les jeunes de l'extrême-Nord ont reçu leurs appuis

Clément MBELEL

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page