Société

Journée mondiale de lutte contre l’hépatite virale : le Cameroun était en synergie avec la communauté internationale ce jour

Le Cameroun en concert avec la communauté internationale célèbre ce 28 juillet la journée mondiale de lutte contre l’hépatite.

Cette journée voulue par l’Organisation Mondiale de la Santé l’OMS, est destinée à faire connaître les différentes formes de l’hépatite, au grand public. C’est aussi l’occasion d’intensifier les efforts de lutte contre. La principale lacune à combler ayant trait à faible couverture de dépistage, d’où le thème de cette édition 2020 « pour un avenir sans hépatite ».

Selon les chiffres de l’OMS, 325 millions de personnes sont atteintes d’hépatite virale A ou C, pour 1,4 millions de décès chaque année dans le monde. C’est dire que le mal n’est pas à négligé. Voici les différentes formes de l’hépatite.

Hépatite A : contamination par les selles.

L’hépatite A est la plus fréquente des hépatites. La contamination s’effectue généralement par la consommation d’eau ou d’aliments ayant été en contact avec les selles d’une personne infectée par l’hépatite A. Une infection par l’hépatite A est généralement bénigne.
Les symptômes comme la jaunisse et la fatigue ainsi que le virus disparaissent spontanément. Il n’y a donc pas d’hépatite A chronique.
Hépatite B : différents modes de contamination.

Lire aussi
Cameroun - Yaoundé : Une fillette de 10 ans séquestrée et torturée par une église durant 6 mois

Le virus de l’hépatite B se transmet par voie sanguine, via l’injection de drogues, mais également par contact sexuel ainsi que lors de la naissance si la mère est infectée. La plupart des adultes sont atteints d’hépatite B pendant une courte période, puis guérissent relativement rapidement. Cette phase correspond à ce que l’on appelle “l’hépatite B aiguë”. L’hépatite B provoque souvent peu de symptômes. Les patients ne savent donc pas toujours qu’ils ont été en contact avec le virus de l’hépatite B. 5 à 10% des patients contaminés à l’âge adulte n’éliminent pas le virus. L’hépatite B devient alors chronique et peut, à terme, provoquer une cirrhose ou un cancer du foie.

Lire aussi
Cameroun : 3 voleurs aux arrêts à Mbouda

Hépatite C : transmission par voie sanguine

L’hépatite C ressemble fort à l’hépatite B. Elle se transmet également par voie sanguine lors de l’échange de seringues contaminées et, avant 1900, par transfusion sanguine. Le risque de développer une infection chronique (persistant plus de six mois) est très élevé puisque 80% des personnes infectées n’arrivent pas à éliminer le virus.

Dans ces cas, les chances de guérison spontanée sont quasi nulles. Comme l’hépatite B, l’hépatite C provoque peu de symptômes au cours des premières années, mais il existe aussi un risque important de développer une maladie hépatique grave en cas d’hépatite C chronique. En revanche, une différence importante par rapport à l’hépatite B est qu’il n’existe aucun vaccin contre l’hépatite C et qu’il est impossible de développer une immunité vis-à-vis de cette infection.

Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page