Société

Jean Claude Tsila for ever : révélation sur la maladie et son parcours

Il était environ 18h30 ce mercredi 12 août quand celui qui était encore avant ce jour fatidique préfet du département du Mfoundi a rendu l’âme à l’hôpital de Yaoundé.

L’homme avant cela avait été interné pendant plus d’une semaine au Centre des Urgences de Yaoundé (CURYl). Et pour cause, une douleur que le défunt sentait dans l’une de ses jambes depuis le début du mois de juillet. Après les examens, le corps médical assurant le suivi du malade avait diagnostiqué une tumeur au niveau du cerveau, un cerveau entaché de sang. Il faut aussi dire que le préfet de Mfoundi avait été aussi victime d’un AVC.

Jean Claude Tsila qui s’en va à 64 ans aura occupé trente une années d’affilées, les fonctions de sous-préfet, et de préfet. Après sa sortie de l’école Nationale d’Administration et de Magistrature en 1982, le natif du village d’Oboua dont il était le chef de troisième degré dans l’arrondissement de Soa, département de la Mefou et Afamba, Région du Centre, va marquer un arrêt au Ministère de l’Administration Territorial. Puis ce sera le début d’un long périple qui commence par le poste de deuxième adjoint préfectoral du Nyong et Kelle. Ensuite c’est le képi de sous-préfet qu’il va porter tour à tour à Botmakak, Logone Birni, Gomedjap, Bikok, Yaoundé 6, Yaoundé 1er, avant d’être nommé préfet du département du Nyong et Mfoumou en 2008. Depuis le 15 juin 2010 jusqu’à son décès, Jean Claude Tsila était à la tête Du Mfoundi, département siège des institutions pour lesquelles le disparu a consacré toute sa vie professionnelle.

Lire aussi
Cameroun : Injustices et tribalisme font recette au marché 8em de Yaoundé

Ce que beaucoup retiennent de Jean Claude Tsila, c’est qu’il avait un sens élevé de de l’Etat de la République et des institutions, un homme de devoir, travailleur inlassable et infatigable. D’une main de fer dans un gant de velours, il a su mener la lutte contre le désordre urbain. Gros modo, L’Administrateur civil principal hors échelle, J C Tsila a tenu la capitale Yaoundé d’une manière qui justifie que toute la cité capitale à l’annonce de son décès était pratiquement dans l’émoi et la consternation. Il laisse derrière lui une veuve et plusieurs enfants.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page