Société

Interdiction de la vente de l’hydroxychloroquine : les camerounais outrés du mimétisme des pouvoirs publics

Selon des sources dignes de foi, hydroxychloroquine est actuellement interdite de vente au Cameroun.

Si officiellement rien ne filtre de cette interdiction, une chose est cependant certaine, dans nos officines, ce médicament est introuvable. Et dans la rue, c’est sous le manteau qu’il se vend. Selon les enquêtes menées, il s’avère que les pharmaciens qui se sont inscrits en marge du retrait de l’hydroxychloroquine, font l’objet de menace et même de sanctions de la part des autorités publiques en charge de la santé.

Comble de paradoxe, l’interdiction de ce produit survient au moment où l’on fait état de la résurgence d’une nouvelle vague du Covid-19. Pourtant, plusieurs malades du Covi-19, avouent avoir recouvré leur santé grâce à ce médicament qui au demeurant a toujours existé aussi bien dans les pharmacies que dans la rue, ce au grand bonheur des camerounais. C’est le cas de Victor Onana, personnage bien connu des camerounais, d’autant plus qu’il a été président national de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), qui affirme avoir été traité du Covid-19, par l’hydroxychloroquine, associé à l’Axytromicine et le Zen.

Lire aussi
Covid-19 : Le Cameroun a-t-il opté pour une contamination collective ?

Victor Onana ne comprend donc pas pourquoi ce médicament qui a fait ses preuves est retiré du marché, si ce n’est que le fait de transporter la bataille qui sévit actuellement en France entre les firmes multinationales pharmaceutiques et quelques éminents chercheurs. D’autres camerounais vont même jusqu’à se demander si dans cette affaire, il s’agit tout simplement d’un suivisme moutonnier, ou alors Manaouda a encore trempé la main dans la soupe ?

D’autre part, nombreux sont les camerounais qui souhaite que le Ministre de la Santé Publique, communique afin d’éclairer la lanterne de ces concitoyens, afin de démêler les écheveaux, d’autant plus que quelques thuriféraires font savoir que le retrait de l’hydroxychloroquine du marché, va à l’encontre des prescriptions du Chef de l’Etat qui plutôt, encourage toutes les initiatives susceptibles de soulager les malades du Covi-19.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page