Economie

Innovation : Des cuisinières à Gaz made in Cameroon

Le jeune entrepreneur Sosthène Abega est le créateur de la marque Mastertune qui fabrique des plaques et cuisinières à gaz. Il entend être une référence dans ce domaine au Cameroun.

Des appareils de tous genres éparpillés çà et là, des plaques et fours à gaz à rénover, nous sommes dans l’atelier de conception et de fabrication de Sosthène Abega au quartier Nkozoa à Yaoundé. Le jeune entrepreneur est le créateur de la marque Mastertune qui fabrique différentes gazinières. Depuis 4 ans, il propose des plaques et cuisinières à gaz made in Cameroon. Pour les commercialiser, il dispose une boutique au marché central de Yaoundé. Les appareils sont fabriqués au sein de la société Mastertune service dont il est le fondateur.

Dans son catalogue de produits, on trouve des plaques à gaz qui ont 5 modèles de séries différentes notamment des plaques à gaz avec des étagères d’une hauteur de 50cm de deux foyers, nous également à 80cm uniquement made in Cameroon. Des plaques avec presqu’une mini-cuisinière et un loge bouteille de gaz avec deux grand foyers, une plaque à trois foyers de 50 cm avec étagère, un foyer aussi avec 50cm. Il fabrique également des fours à gaz de pâtisserie. En dehors de cela, Il conçoit aussi des barbecues modernes. Les prix de ces différents produits varient entre 10.000 et 50.000 Fcfa du plus petit modèle d’une plaque foyer avec une étagère, au plus grand modèle d’une plaque à deux foyers, deux étagères et une loge gaz. S’agissant des cuisinières, les ressources nécessaires ne sont pas disponibles mais, le projet de l’usine reste en cours.

Mastertune

Le travail se fait en chaîne pour la réalisation des gazinières. Sosthène Abega est entouré d’une équipe de 8 personnes parmi lesquels un dessinateur 3D qui conçoit ses maquettes ; un soudeur à qui, on remet la maquette et réalise la chose demandée ; un peintre qui s’occupe de la peinture et du flocage du logo sur ses différents produits. L’entrepreneur assure également la formation des jeunes qui pour lui constitue une future main d’œuvre. « J’ai 03 apprentis. Pour le moment, il n’y a pas encore une phase de recrutement car, on n’a pas encore tout formalisé. Ce sont des proches qui s’intéressent au domaine et demandent à être formés. Mais la démarche y est car, on se fait enregistrer. Nous avons des critères comme avoir une bonne moralité, un âge requis compris de 15 à 25 ans. Je les forme pour les employer plus tard. Après les 2 ans de formation, ils auront une attestation, preuve qu’ils sont professionnels ». Il poursuit : « j’ai moi-même élaboré des modules que je dispense ».

Saisir l’opportunité

Sosthène Abega a su ‘’empoigner’’ l’occasion qui s’est présentée à lui. Il raconte : « A l’époque, je vaguais à mes occupations. Je travaillais dans un restaurant à Bastos. De là, j’ai fait la connaissance d’un citoyen français. Ce dernier a souhaité me payer pour tous les services rendus, je lui ai demandé un travail qui pourrait subvenir à mes besoins. Au terme de son séjour, il m’a proposé d’apprendre ce métier. C’est dans la démarche que j’ai compris que c’était le métier de fabrication des fours à gaz ». Une expérience qu’il ne regrette pas. Depuis lors, la conception et la fabrication des gazinières et fours à gaz est la seule activité qu’exerce Sosthène Abega. Le jeune homme indique que ce travail lui permet d’atteindre ses objectifs, de réaliser ses projets. « Je n’envisage pas encore autre chose parce que le domaine dans lequel je suis, a un large spectre. Donc, il y a beaucoup à faire et un long chemin à parcourir », se projette-t-il. Le fabriquant des gazinières est très actif sur internet pour la promotion de ses produits. Il dispose en plus de la boutique, un service de livraison. « Nous (son équipe et lui ndlr) avons des projets à long terme non seulement pour notre société mais aussi pour et très bénéfiques non seulement pour le Cameroun », indique Sosthène Abega.

Difficultés

Malgré toute la passion que le jeune entrepreneur, originaire du Centre, éprouve pour son métier, il rencontre des difficultés. « D’abord au niveau de la clientèle et des prix. Beaucoup de clients ne conçoivent pas le fait que ce secteur d’activité soit professionnel avec des prix définis et un travail bien soigné, comme le service à domicile. Les Camerounais se sont habitués à se tourner vers mes confrères qui font dans la casse. Ils font leur job mais, ne maîtrisent pas réellement ce qu’ils font. Il est bien vrai qu’ils donnent un coup de mains mais, ce que moi j’apporte est tout différent. J’ai une façon professionnelle de fonctionner. Ils ne me font pas assez confiance et estiment que les prix sont élevés. Honnêtement, les gens ont la notion de la gratuité », déclare-t-il. Sosthène Abega est bien connu dans son entourage. Il est identifié comme le réparateur des cuisinières et plaques à gaz. Il s’en fait de fidèles clients.

Roseline Ewombe Eboa / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page