Société

Hauts Plateaux : bras de fer entre le Préfet et Sa Majesté Sokoudjou Jean Rameau

Au travers d’une correspondance, le Chef du Département des Hauts Plateaux vient de lancer une ultime mise en garde au monarque, par rapport à ses dérives politiques et médiatiques.

Il va sans dire que « l’auxiliaire de l’administration » ci-devant Sa Majesté Sokoudjou, Chef supérieur du Groupement Bamendjou, n’est pas en odeur de sainteté avec l’administration camerounaise. Ses prises de position qui ne sont pas toujours en faveur du pouvoir en place ne lui valent pas que des lauriers. S’il est adulé par une frange plus ou moins importante de la population camerounaise, ce Chef de deuxième degré, est en revanche perçu du côté de l’administration comme un renégat, un hors-la-loi. La dernière correspondance du Préfet des Hauts Plateau ayant pour objet ‘’deuxième mis en garde’’ adressé au monarque le 19 janvier dernier traduit à suffisance cette relation délétère.

Dans cette missive, le Préfet du département des Hauts Plateau, rappelle au Chef Sokoudjou que, par une précédente lettre, il attirait déjà son attention sur la violation flagrante des lois de la République, suite à une concertation politique organisée et présidée par ses soins, dans l’enceinte de sa Chefferie le 18 juillet 2020. Mais en dépit de cette mise en garde, dit-il, le Roi Sokoudjou continue à agir en marge des textes en vigueur, aux travers des propos de nature à mettre en péril la stabilité des institutions républicaines et la légitimité de celui qui l’incarne, d’où l’objet de cette deuxième mise en garde.

Lire aussi
Cameroun : Tentative de suicide ratée par un homme à Mbouda

Tout en demandant à son « auxiliaire » de faire preuve d’un sens élevé de responsabilité digne de son statut de gardien de tradition, le Préfet rappelle à ce dernier que toute nouvelle sortie cybernétique ou médiatique intempestive de sa part, au mépris du respect de l’Etat de Droit et des Institutions de la République, l’exposera à la rigueur de la loi.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page