Gazprom demande des explications de l’UE sur la réparation des turbines de Nord Stream

Gazprom Germania

Gazprom estime nécessaire d’obtenir des explications officielles des autorités de l’UE et du Royaume-Uni relatives à la possibilité de réparation et de maintenance technique des turbines pour le gazoduc Nord Stream du point de vue des sanctions, a déclaré le vice-directeur général de Gazprom, Vitali Markelov, sur la chaîne Rossiya 24.

Selon lui, si la turbine avait été envoyée directement du Canada en Russie, comme c’était initialement prévu, Gazprom n’aurait pas dû prendre en compte un possible impact des sanctions de l’UE et évaluer des risques éventuels de blocage et de saisie de l’équipement sur le territoire des pays de l’UE et au Royaume-Uni.

« Pour exclure ces risques, il faut avoir une explication officielle et une autorisation des autorités de l’UE et du Royaume-Uni qui permettraient les travaux de réparation et la maintenance technique de tous les moteurs utilisés à la station de compression de Portovaïa », a-t-il indiqué.

Une autre source d’inquiétude est la possibilité de révocation des autorisations déjà délivrées par le Canada pour le transport et la réparation des moteurs de Nord Stream.

« Les autorisations délivrées par les autorités canadiennes ne prennent pas en compte les conditions du contrat en vigueur et ont été donnés à la compagnie Siemens Energy Canada Limited avec laquelle nous ne n’avons pas de relations contractuelles. Des inquiétudes supplémentaires sont provoquées par le risque de violation des conditions de l’autorisation canadienne de livraison du moteur en Allemagne et non en Russie. Si la destination finale de la livraison est la Russie, nous estimons que les autorités canadiennes peuvent le considérer comme une violation […] et révoquer les autorisations. Cela rendra impossible la future réparation d’autres moteurs sur le territoire du Canada », a précisé Vitali Markelov.

Violations de Siemens

La livraison de la turbine de Nord Stream du Canada en Allemagne après la réparation ne correspond pas au contrat, a déclaré Vitali Markelov. Il a aussi indiqué que Siemens avait réparé moins d’un quart de défaillances. « Malheureusement, nous n’avons pas reçu de propositions constructives sur le rétablissement de la sécurité et de la fiabilité des moteurs en conformité avec la législation russe », a souligné le vice-directeur général de Gazprom.

En outre, Gazprom rejette les accusations de ses partenaires européens qui affirment que la compagnie russe ne remplit pas ses obligations contractuelles en matière de livraisons de gaz. C’est les sous-traitants occidentaux de la compagnie et Siemens qui les ont violées, ce qui a entraîné la réduction des livraisons, a déclaré Vitali Markelov.

« Je veux constater que les partenaires européens accusent Gazprom de réduction infondée des livraisons en Europe. Mais c’est exactement le contraire. Ce sont eux qui ne remplissent pas leurs obligations en matière de maintenance des stations de compression. J’appelle les partenaires à résoudre leurs problèmes, et la situation des livraisons de gaz sur le marché européen se normalisera immédiatement », a-t-il indiqué.

Selon le vice-directeur général de Gazprom, la compagnie ne dispose pas de tous les documents permettant le transport et la réparation des moteurs pour le gazoduc Nord Stream. Il a précisé que les documents fournis par les autorités allemandes ne portaient pas sur la possibilité de réparation et de maintenance technique d’autres moteurs de Portovaïa par la compagnie Siemens Energy.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *