CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
6585
Actifs
2709
Guéris
3676
Décès
200
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 3 juin 2020
Société

Garoua : Les eaux noires du fleuve engloutissent très souvent les baigneurs

En effet, il ne se passe pas une semaine sans qu’un corps ne soit repêché des eaux de la Bénoué.

Les eaux noires du fleuve engloutissent très souvent les baigneurs qui meurent des suites de noyade. « Le fleuve nous rappelle très souvent que l’eau est certes la vie mais elle peut aussi causer la mort », lâche un pécheur. En effet, il ne se passe pas une semaine sans qu’un corps ne soit repêché des eaux de la Bénoué. Et depuis l’arrêt des cours, décidés par le Gouvernement pour stopper l’avancée du Covid-19, de nombreux sont les enfants se sont retrouvés piégés dans les eaux de la Bénoué, morts des suites de noyades. « Malheureusement, la plus part des jeunes qui viennent ici ne savent pas nager », regrette un blanchisseur habitué du coin. Et avec l’affluence des baigneurs en période ramadan, l’on redoute le pire.

Le dimanche 03 Mai dernier, le corps sans vie et en décomposition d’un homme de 30 ans environs a été repêché des eaux par les personnels de la 301e Compagnie d’Incendie de Garoua. Afin de tenter de stopper la série macabre, le maire de la ville de Garoua a initié une croisade contre les noyades. Accompagnées du préfet du département de la Bénoué, ils se sont rendus lundi 4 mai 2020 sur les berges de la Bénoué, pour comprendre le phénomène des noyades et y apporter des solutions. Les autorités ont décidé de mettre sur pied, des équipes de surveillance qui s’organiseront en patrouilles, sur les lieux les plus fréquentés des berges. Parallèlement, les pêcheurs et les baigneurs ont été appelés à plus de vigilance.

Toutefois, sur les berges, certains jeunes font de la lessive pendant d’autres en profitent pour laver leurs moto. La grande majorité par contre est en train de se baigner dans les eaux noires du fleuve. Un peu au loin, quelques jeunes sont assis ou couché sous les manguiers qui abondent dans ce secteur du fleuve et observent les baigneurs. C’est que pendant le ramadan, le fleuve Bénoué sert de lieu de refuge pour les jeûneurs. Ils sont de tous les âges et viennent de tous les quartiers de la ville de Garoua. Certains, font des longues distances pour venir uniquement se baigner et se soulager de la chaleur car depuis plus de deux mois, la canicule a enveloppée la région du Nord. Un véritable calvaire pour certains jeûneurs.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer