International

France: Le "coup de force" de Calixthe Beyala au palais Bourbon

Mme Calixthe Beyala, l’écrivaine franco-camerounaise à succès, a fait feu de tout bois pour déconstruire la propagande contre le Cameroun au Palais Bourbon.

La vision apocalyptique du Cameroun a rencontré une méthode didactique goupillée de main de maître par l’écrivaine. Les députés français ont découvert, entre autres, le martyr patriotique de Mme Florence Ayafor.

Après son passage remarqué le 4 décembre dernier à l’Assemblée nationale francaise, les ennemis du Cameroun sont aux abois. Invitée par le groupe France-Cameroun, présidé par M. Jean-Pierre Door ( Les Républicains), Mme Calixthe Beyala, ambassadrice de la culture camerounaise et vice-présidente des commissions diaspora et décentralisation pendant le grand dialogue national pour la paix du 30 septembre au 4 octobre 2019, s’est entretenue, avec les députés, sur la crise des régions anglophones du Cameroun et les violences faites aux femmes.

Lire aussi
Vélo : les bonnes raisons de pratiquer !

La presse mainstream et les ONG ont fait la sourde oreille, refusant de relayer la vraie information. On peut donc aisément comprendre l’offensive tous azimuts des ennemis du Cameroun. Un député, inconnu au bataillon, pseudo-specialiste du Cameroun, est monté au créneau. Mme Calixthe Beyala a réussi, avec sa verve et des preuves factuelles, à minimiser l’ampleur de la déformation des faits, de la manipulation des informations et l’hostilité contre le Cameroun, en ce qui concerne sa partie dite anglophone.

Pataugeant telle une mouche dans la bouse, la réplique au forceps n’a rencontré aucun écho réel.  » Tout ce qui est excessif est insignifiant. », disait Talleyrand. Le député français a osé parler de génocide et de droits de l’homme. Cette action, vraie coup d’épée dans l’eau, est vouée à l’échec. Mme Calixthe Beyala a rencontré les hautes personnalités européennes en faveur du Cameroun, tandis que d’autres se focalisent sur les réseaux sociaux. Ils ne comptent que pour du beurre…

Lire aussi
Goncourt 2020: Le rêve brisé de Djaili Amadou Amal

[Prince Allain Jules Menye de Nyabizan]

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page