Entre frères de scène

Une représentation de l????uvre « Les deux frères » de Séverin C. Abega a eu lieu dimanche au centre culturel Francis Bebey de Yaoundé L??écrivain ne meurt jamais. C??est ce qu??a prouvé dimanche dernier le groupe Bana ba Africa en collaboration avec l??Atelier de marionnettes de Yaoundé, à travers une

représentation inédite d??une pièce écrite par Séverin Cécile Abega : « Les deux frères ». C??était au centre culturel Francis Bebey sis au lieu dit montée du Parc à Yaoundé. Le spectacle d??une heure, mis en scène par Marlyse Beté, était un mélange de récits et de danses au rythme de mélodies africaines, le tout arrosé d??une bonne dose d??humour. Racontée par deux griots à la façon ancienne et dans un décor plutôt traditionnel, l??histoire met en exergue la vie de deux frères qui, après la mort de leur père, se retrouvent face à de nombreux obstacles. Après s??être livrés à plusieurs combats, ils finissent par se fier aux conseils prodigués par leur père avant sa mort. Ils trouvent enfin le bonheur dans un village où ils sont récompensés pour avoir tué le monstre qui terrorisait les villageois depuis bien longtemps. L??on retient que les paroles d??un mourant sont à prendre au sérieux. Les tout-petits qui représentaient la majorité des spectateurs dimanche se sont dits fascinés par ces marionnettes utilisées en guise de personnages. L??on pouvait entendre des éclats de rire, puis un long moment de silence, des applaudissements, un autre moment de silence et ainsi de suite?? « Moi j??ai trouvé le spectacle très beau et surtout très amusant. Les marionnettes, c??était une idée géniale, je me suis bien amusé », affirme le jeune Junior Ayangma au sortir du spectacle. Rappelons que le spectacle, réussi dans l??ensemble, a été organisé en guise d??au revoir de la part du groupe Bana ba Africa, en route pour une tournée internationale. Le directeur du centre, Simplice Mvondo, après avoir tiré un coup de chapeau aux acteurs, a donné rendez-vous au public samedi prochain à 19h pour un autre spectacle, donné cette fois par l??humoriste Major Asse, « Avant de me rapatrier ». Un one-man-show remettant en question la thématique de l??immigration clandestine et du racisme. Une histoire d??humour en noir et blanc, comme qui dirait.
Edwige Sophie KAMDEM, Cameroon Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *