Afrique : La nouvelle offensive diplomatique américaine

On ne peut s??y tromper. Il y a des signes évidents qui montrent que l??Amérique du président Barack Obama est en train d??élaborer, patiemment, une nouvelle architecture des relations entre les Etats-Unis et l??Afrique subsaharienne. Dans le désormais célèbre discours d??Accra, le président Barack Obama a clairement donné les grandes orientations sur la base desquelles

son administration va bâtir une nouvelle ère de coopération avec le continent noir dont il est issu. On sait quels espoirs son élection à la tête de la plus grande puissance mondiale a suscité au sein des peuples africains malades du mal développement, victimes de la mauvaise gouvernance, et minés par la pauvreté et des pandémies dont le sida. Il est clair qu??ils attendent sans doute du nouveau chef de la Maison blanche un peu plus d??attention pour leurs problèmes parce qu??ils le considèrent comme un des leurs. Sans doute, le président Obama en est très conscient. Mais il a prévenu : « votre développement dépend avant tout de vous-mêmes ». Et en paraphrasant son désormais « Yes we can », il a dit aux Africains « Yes you can », mettant ainsi les Africains face à leurs responsabilités essentielles. C??est dans cette dynamique qu??il a envoyé sa secrétaire d??Etat Hillary Clinton pour une tournée marathon de 11 jours sur le continent, dans 7 pays. C??est la première fois qu??un secrétaire d??Etat américain séjourne aussi longtemps sur le continent africain. La visite africaine d??Hillary Clinton aura marqué par son symbolisme. La secrétaire d??Etat américaine est entrée en contact avec des réalités sur lesquelles elle n??avait jusque-là qu??une vision certainement limitée des maux qui entravent le développement et surtout le décollage économique du continent, se basant sur des rapports officiels. Elle sait désormais mieux qu??avant, comment vibre le coeur africain et à quel rythme il bat. Mais surtout, Hillary Clinton a parlé affaires, prôné la bonne gouvernance et la démocratie, et condamné la corruption. Cameroon Tribune explore les axes majeurs de la nouvelle offensive de la diplomatie américaine.
WAFFO MONGO, Cameroon Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *