CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Société

Enthousiasme et inquiétude: Retour mitigé dans les écoles primaires

Hier 1er juin, marquait la reprise des cours des élèves des classes d’examens après plus de deux mois de fermeture des établissements suite à la propagation du Coronavirus. Dans les écoles primaires, la reprise est mitigée.

« Arborez vos cache-nez !», « ne vous collez pas les amis ! ». Ainsi pouvait-on écouter s’exprimer les maitres de l’école privée laïque Lamadone à
Ekounou, Yaoundé. Sous une pluie interminable, Kassa Oyono élève en classe du Cours moyen deuxième année, est prêt à commencer son troisième trimestre avec l’espoir de ne pas contracter le coronavirus. Muni de son cache-nez, son gel hydro alcoolique en main, il entre en salle accompagné de sa mère Ngono Justine. Aussitôt il est accueilli par sa maitresse. A l’intérieur de l’établissement, des dispositifs pour le lavage de mains sont installés devant le portail et les salles de classe.

« Je suis content de retrouver mes camarades, et de continuer avec les cours », confie l’élève. Du côté des parents, c’est la panique. « J’ai décidé
de venir accompagner mon fils à l’école et de l’attendre jusqu’à la fin des cours afin d’avoir l’œil sur lui, de lui éviter toute contamination. Je suis tout de même surprise parce que lorsque j’arrivais je savais que j’allais trouver des listes des élèves devant chaque classe pour permettre à
l’enfant de rejoindre directement sa classe, mais jusqu’à présent je ne vois rien. J’ai peur pour mon fils », avoue Ngono Justine.

Lire aussi
Cameroun: La résilience des finances publiques ne rompt pas

Porter le masque

Virginia, mère de deux enfants en classe d’examen, est venue voir l’atmosphère et les conditions dans lesquelles les cours ont repris dans cette école. « Honnêtement, je suis confuse entre envoyer mes enfants à l’école et les laisser à la maison. C’est la raison pour laquelle je suis venue voir comment les choses se passent, si réellement les mesures barrières sont respectées», s’explique-t-elle. La maladie est bien présente et la guerre est rude pour les chefs d’établissements car il faut assurer la sécurité sanitaire des élèves. « Nous avons du pain sur la planche, j’avoue que la panique est perceptible sur le visage des élèves et parents mais nous ne pouvons que les rassurer.

Lire aussi
Coronavirus : Voici pourquoi le Noun est la zone la plus infectée de l'Ouest Cameroun

Nous prendrons soin de leur progéniture en respectant les prescriptions édictées par les pouvoirs publics. Pour cette journée (lundi 1er juin ndlr),
elle est consacrée à la sensibilisation des enfants sur la pandémie », rassure un maitre sous le couvert de l’anonymat.

Tout comme à l’école publique d’Ekounou, les élèves ont répondu présents malgré la peur de contracter le virus. Devant un portail ouvert, se
trouve un surveillant, qui se rassure que chaque apprenant arbore un masque. « Nous avons pris des dispositions pour assurer la reprise saine des
cours en respectant les mesures barrières édictées par le gouvernement.

Je me rassure à l’entrée que les élèves ont chacun un masque au moins, il y a des dispositifs pour le lavage des mains. Les cours ont bel et
bien repris », affirme-t-il. Pour ceux qui n’arborent pas de masque, une vendeuse est postée à l’entrée de l’établissement et les vend au prix de
200 F la pièce.

Nadège ANOUNGA (stagiaire)

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer