Société

Enregistrement des naissances, les journalistes s’impliquent dans la sensibilisation

Le REJODEC (réseau des journalistes pour la défense des droits de l’enfant et les couches vulnérables), vient de bénéficier d’une formation à l’UNICEF.

Les professionnels des média ont reçu les connaissances additionnelles dans le cadre de sensibilisation sur l’importance et la maîtrise du processus d’établissement d’un acte de naissance.
Le premier droit reconnu à tout être humain est le doit à un nom, à une identité, et à une nationalité. C’est l’acte de naissance qui confère ce droit.

Malheureusement ils sont nombreux ceux des enfants qui n’ont pas d’acte de naissance au Cameroun 34%. Une situation due à l’ignorance de certains parents de l’importance de ce document, une situation due également à l’existence des barrières culturelles. Soucieux de l’avenir de ces enfants, le ministère des affaires sociales et l’UNICEF ont décidé d’adresser la question. Les journalistes qui ont été capacités ce 21 février à Yaoundé devront continuer de jouer leur partition. Ils vont davantage informer, sensibiliser et éduquer les populations sur la nécessité et l’importance de ce papier. Un papier sans lequel l’avenir de plusieurs enfants risque d’être compromis. Les journalistes devront également informer les populations sur le processus d’établissement de l’acte.

Et pourtant le Cameroun dispose d’un arsenal juridique suffisamment étoffé pour faciliter l’enregistrement des naissances. Le dispositif s’est beaucoup amélioré à partir de la loi n0 2011/ 011 du 06 juin 2011modifiant et complétant certaines dispositions de l’ordonnance n081-02 du 19 juin 1981portant l’organisation de l’Etat civil et diverses dispositions relatives à l’état des personnes physiques.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page