Société

Écoles publiques d’Ambam: Ces menaces de mort qui viennent de Camtel

Alors que les vielles installations de la société qui ternissent le paysage urbain ont couté la vie à une fille enceinte au mois de juin dernier, un autre vieux poteau ce cette entreprise publique situé sur la cours de récréation des écoles publiques d’Application d’Ambam Centre 1, 2 et 3, déjà dressé sur une inclinaison de plus de 45° y creuse la tombe de plusieurs écoliers.

Les populations de la ville d’Ambam ont encore, tout frais dans leur tête, au mois de juin dernier, un vieux poteau de la société Camtel avait tué, une fille enceinte. La victime, ANABA OBIANG Marie Tatiana, alors qu’elle était porteuse d’une grossesse de six mois, s’était faite écrasée par un vieux poteau de cette entreprise publique naguère bousculé par un camion roulant à vive allure.

La triste scène avait alors convergé les doigts accusateurs sur cette société d’Etat en charge de télécommunication, ainsi que sur les autorités administrative et mêmes municipales locales qui n’auraient pas pu prévenir l’irréparable. Trois mois plus tard, la vétusté des installations de l’entreprise restent par endroit de véritables embuscades fatales tendues aux populations de la ville d’Ambam.

C’est ainsi que les élèves du campus des écoles publiques d’application d’Ambam Centre 1, 2 et 3 frôlent désormais le pire dans leur cour de récréation où un autre vieux poteau Camtel semble avoir dressé la pente de la mort avec son inclinaison de plus de 45°.

Lire aussi
Peur de Boko Haram: Le village Goumbouldi se vide après le départ de l’armée

Il s’agit d’un grand campus qui regroupe trois écoles primaires d’application d’Ambam Centre 1, 2 et 3 encadrant plus de deux milles élèves et l’intérieur duquel se trouve un véritable danger de mort. Il s’agit d’une inclinaison d’un poteau faisant office de support de fils de l’opérateur public. Ladite inclinaison dont la mesure de l’angle est d’environ 45° en direction de l’air de jeu desdites écoles donne des sueurs froides aux responsables, élèves et parents et autres passants qui y voient un véritable danger dont la gravité des dégâts va s’abattre sur les écoliers dans les prochains jours, si rien n’est fait.

Toutefois, monsieur Nguema Abossolo, le Directeur nouvellement nommé de l’école publique d’Ambam Centre 2 ne semble pas en faire une urgence: « J’ai pris les fonctions ici le 30 aout, j’ai trouvé ce danger qui menace mes élèves mais compte tenu du fait que j’ai sur la table beaucoup de dossiers, j’ai entrepris de faire une correspondance adressée à Camtel pour que ce poteau ne se retrouve plus là. Mais comme les procédure administrative sont lentes, je supplie également ma hiérarchie de faire quelque chose pour que ce danger permanent soit ôté de là ».

Lire aussi
Cameroun: Résultats définitifs ENAM 2019 Greffes B Cycle B Division Magistrature et des Greffes

Mais pour d’autres responsables d’écoles, il ne sert plus à rien de saisir la Société Camtel puisque cela a été fait il y a des lustres sans aucun retour favorable. « Il y a de cela un an aujourd’hui que j’ai adressé une correspondance au Chef d’agence Camtel, jusqu’à présent je n’ai reçu aucun retour. Même pas une descente sur le terrain d’un de ses agents pour venir faire le constat et la situation reste la même, sinon s’aggrave davantage. Nous continuons d’attendre impatiemment », explique Madame Ovono, directrice de l’école publique d’application d’Ambam Centre 1. « Les agents Camtel passent pourtant tous les jours ici, est-ce qu’ils ne voient pas que les enfants, les jeunes camerounais sont en danger dans cette école à cause de ce poteau. En tout cas, nous attendons leur réaction », ajoute-t-elle.

A l’agence Camtel locale, seul un plat froid de silence est servi à quiconque pose le problème. Toute chose qui fait demander si cette société a décidé d’en finir avec les populations d’Ambam sous le regard complice des autorités administratives et municipales locales.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer