Crisis au Port de Douala: Congelcam, RTC et le différend qui ébranle l’économie camerounaise

La RTC au bord de la faillite

Le port de Douala, principal poumon économique du Cameroun, se trouve actuellement au cœur d’un conflit logistique majeur. Congelcam SA, le leader de la commercialisation de poisson au Cameroun, et la Régie du Terminal à Conteneurs (RTC) sont pris dans un différend commercial qui a des ramifications profondes pour l’économie camerounaise.

Congelcam Contre RTC: Les Détails du Conflit

Depuis février 2023, 665 conteneurs de marchandises appartenant à Congelcam SA restent bloqués au port de Douala, créant une saturation sans précédent du terminal. Sylvestre Ngouchinghe, le milliardaire à la tête de Congelcam, accuse le RTC et les transporteurs maritimes d’avoir manqué à leurs obligations logistiques, entraînant ainsi une détérioration de la marchandise.

Le Cauchemar de la Chaîne du Froid

En particulier, Ngouchinghe prétend que la RTC a déchargé les conteneurs de poisson sans les connecter à l’alimentation électrique nécessaire à leur conservation. Cette négligence aurait causé une rupture de la chaîne de froid, provoquant la détérioration de ces denrées périssables.

La Contre-Attaque de la RTC

Cependant, la RTC renvoie l’accusation à Congelcam, affirmant que l’entreprise utilise le terminal comme un lieu de stockage prolongé. De plus, ils arguent que l’importation excessive de conteneurs de poisson par Congelcam a exacerbé le problème de saturation.

L’Appel à l’Arbitrage et le Futur du Commerce Camerounais

Face à cette impasse, un arbitrage semble nécessaire. Le ministre du commerce, Luc-Magloire Mbarga Atangana, a déjà convoqué une réunion pour le 7 juin, espérant trouver une conciliation entre les deux parties. Ce conflit souligne l’importance d’une gestion efficace de la chaîne du froid dans l’industrie halieutique, ainsi que la nécessité d’une infrastructure portuaire robuste pour soutenir le commerce au Cameroun.

Cet épisode, véritable coup de projecteur sur les défis logistiques du port de Douala, remet en question l’efficacité de notre infrastructure actuelle et met en évidence l’importance de la responsabilité des parties prenantes dans la préservation de notre économie.

Jean-Baptiste Nguema, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *