Crise migratoire: Merkel a demandé à Poutine d’influencer Loukachenko

Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko

La chancelière allemande par intérim Angela Merkel a confirmé avoir eu un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine pendant lequel elle lui avait demandé d’exercer son influence sur le président biélorusse Alexandre Loukachenko afin de résoudre la crise migratoire qui sévit aux frontières de l’Union européenne. C’est ce qu’Angela Merkel a annoncé mercredi lors d’une conférence de presse à Meseberg, près de Berlin, avant sa rencontre avec le premier ministre portugais Antonio Costa et le premier ministre letton Krisjanis Karins.

« Je voudrais remercier les pays qui veillent à la sécurité de nos frontières extérieures, ce sont la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, a déclaré Angela Merkel après avoir souligné que les vidéos filmées à la frontière biélorusse « suscitent la préoccupation ». « J’ai eu aujourd’hui un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine et je lui ai demandé d’exercer son influence sur Loukachenko parce que nous voyons dans le cas présent des gens qui sont utilisés », a-t-elle affirmé.

« [Les migrants] sont les victimes de la politique inhumaine et nous devons agir. Aujourd’hui, nous verrons également comment nous pouvons soutenir les pays limitrophes à la Biélorussie et ce que nous pouvons faire pour résoudre ce problème », a déclaré la chancelière par intérim.

Pour rappel, la crise migratoire à la frontière de la Biélorussie avec la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, où des migrants sans-papiers sont entrés depuis le début de l’année, s’est aggravée le 7 novembre. Plusieurs milliers de personnes se sont approchées du côté biélorusse de la frontière polonaise et ne quittent pas la zone frontalière, certains d’entre eux ont tenté d’entrer en Pologne en cassant la barrière de fil barbelé. Les pays de l’UE accusent Minsk d’une escalade délibérée de la crise et appellent à imposer des sanctions. Le président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko a déclaré que dans cette situation les pays occidentaux eux-mêmes étaient à blâmer, à cause des actions qui poussent les gens à fuir la guerre.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *