Société

Crise anglophone : Trois chefs assassinés et un Fon libéré par la population

Alors qu’on commémorait dimanche 14 février 2021 le premier anniversaire du massacre de Ngarbuh par Ntumbaw dans l’arrondissement de Ndu, département du Donga-Mantung, les nouvelles en provenance de la région du Sud-ouest sont ahurissantes.

En effet, des séparatistes ont frappé de plein fouet à Fontem dans le département du Lebialem. Selon des informations concordantes, des combattants séparatistes de la branche de la milice Red Dragon que dirige Oliver Lekeake alias général Field Marshall, ont fait irruption au village Essoh-Attah dans l’arrondissement de Fontem samedi dernier 13 février 2021. Ils ont enlevé trois chefs et un notable. Il s’agit respectivement de Chief Forncheleh, chief Formin, chief Forlesueh et le notable Pa Forzizong. Les ravisseurs ont conduit leurs « proies » à la potence au carrefour du marché. Sans pudeur et après avoir bandé les yeux de leurs victimes, ils les ont exécutés à bout portant sur place, sous le regard impuissant de la population. Après leur forfait, les combattants séparatistes ont fondu dans la nature en tirant des coups de feu dans l’air. Depuis lors, c’est la consternation dans le Lebialem en général et Fontem en particulier.

Cri de ralliement

On avait cru à un répit peu avant l’organisation du scrutin régional dans ce département. Certains ayant admis de façon péremptoire que c’est une accalmie qui annonce la fin des hostilités. A l’observation, les combattants séparatistes se préparaient à frapper un grand coup. Comme pour traduire que l’ennemi ne dort jamais, ils viennent de sortir de leur sommeil en tuant trois chefs et un notable. Dans le Nord-ouest et singulièrement dans le département du Boyo, sa majesté Fon Clement Ndi II, chef de premier degré du clan Kom a été kidnappé dimanche 14 février 2021. Il revenait de Njinikom pour le palais de Laikom, lorsque des individus armés l’ont happé vers Fujua avant de le conduire dans leur camp de retranchement au village voisin Abuh. Mis au parfum, les populations se sont mobilisées. Dans un cri de ralliement, femmes et hommes ont mis le cap sur Abuh et exigé la libération du gardien de la tradition. Au regard de l’immensité de la foule, les ravisseurs ont libéré le Fon qui a regagné sa chefferie.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page