Société

Covid-19 : Mekulu Mvondo Akam fait un don personnel de 5 millions au consortium RIRCO

Ce geste d’encouragement qui du reste interpelle le Cameroun, boostera les efforts fournis par ce consortium dans la lutte contre la Covid-19.

Aux valeureux chercheurs la nation reconnaissante ? Pour l’instant nous n’en sommes pas encore là. Cependant, même si un geste fort des pouvoirs publics est vivement attendu, d’ores et déjà les âmes de bonne volonté répondent déjà, certes timidement, à l’appel des chercheurs camerounais, qui ont besoin d’aide et de soutien pour faire avancer la recherche sur traitement du Covid-19.

Il y a quelque temps seulement, le don de 50 millions offert à Mgr Kleda par le magnat de la presse camerounaise Amougou Belinga, avait défrayer la chronique et fait les choux gras des journaux. Cette fois-ci c’est Alain Olivier Mekulu Mvondo Akam sis-devant Directeur Général de la Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale, qui de manière agréable fait parler de lui. À titre personnel il a décidé d’appuyer les efforts du consortium NGUL BE TARA, dans la lutte contre le Covid-19, en lui octroyant la rondelette somme de 5 millions de nos francs. La primeur de cette bonne nouvelle a été faite par le Dr Marlyse Peyou Ndi Samba, dans le cadre d’une interview accordé à votre journal en ligne 237oneline.com : « Nous venons d’obtenir un don de 5 millions de FCFA de la part de Monsieur Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame qui nous a permis d’acquérir des équipements additionnels, d’augmenter la capacité de production pour éviter des ruptures de stock quotidiennes car la demande est très forte. Ce don nous a également permis de mettre plus de kits à la disposition de l’étude que nous menons. »

En guise de rappel, le consortium RIRCO, qui a le mérite d’avoir mis au point un traitement contre la Covid-19, dénommé NGUL BE TARA est, selon Mbody Nloka le coordinateur dudit consortium, « un consortium multidisciplinaire. On a des chercheurs dans tous les domaines, à savoir l’électromagnétique, la mécanique, la robotique, et la recherche botanique pour usage scientifique et médicamenteuse, qui aujourd’hui nous met au premier plan. On a des brevets d’invention dans tous les domaines que je vous ai cité. On a gagné le 1er prix de l’innovation des inventions en 2009 à Bamako, dans le cadre d’un symposium organisé par l’OAPI. Aujourd’hui les gens nous connaissent beaucoup plus parce qu’on parle du Covid-19. Mais il faut dire qu’avant le Covid-19 nous avons essayé de travailler pour lutter contre le paludisme, la typhoïde, certains types d’hépatite, et nous avons aussi essayé de mettre en place un antidouleur, qui est sur le marché en produit de synthèse ».

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer