CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Société

Covid-19: La salive d’un malade peut rester en suspension dans l’air plus de 08 minutes

Cette découverte qui renforce la thèse du port de masque, apportera certainement un plus dans la prévention de la pandémie.

Avant d’entrer dans le vif du sujet il ne serait pas inopportun de faire un petit détour sur la courbe épidémiologique de la pandémie du Covid19 au Cameroun. Pour la seule la seule journée d’hier on a enregistré 254 nouveaux cas positifs, pour 2 décès, et 51personnes guéris. ce qui fait un total de 6397 cas confirmés, 3629 guérisons et 199 décès.

Pour revenir aux faits, il va de soi que la salive est un vecteur de transmission du Covid19. On sait également que la toux et les éternuements peuvent être des sources de transmission du virus de la maladie Covid19, notamment à cause de la projection de postillons. Mais une expérience publié le 13 Mai dernier dans la revue APNAS met en lumière un autre élément inquiétant. Les microgouttelettes de salive peuvent rester en suspension dans l’air pendant huit minutes, voir dix minutes dans un espace clos. Ce qui veut dire que si on est à l’extérieur les microgouttelettes pourront faire huit minutes dans l’air quand on a éternué ou quand on a toussé. Mais quand on est dans un espace clos elles feront plus de temps. Ça peut aller jusqu’à dix minute.

Lire aussi
Coronavirus: Le bilan grimpe à 10000 cas au Cameroun

ce constat fait par des scientifiques permet de placer les échangent parlées ou verbales, avec leurs éventuels postillons, parmi les potentiels vecteurs du virus. Ce qui fait que si une personne est atteinte du covid19, elle peut expulsée lorsqu’elle prend la parole, de plus de mille microgouttelettes par minute. Ces gouttelettes peuvent rester en suspension dans l’air jusqu’à dix minutes. Plus les gouttelettes sont petites, plus elles restent longtemps en suspension dans l’air. Tandis que plus lourde, par l’effet de la gravité, elles vont retomber plus vite au sol. Cette étude peut aider à justifier scientifiquement le port du masque qui est désormais recommandé dans de nombreux pays parmi lesquels le Cameroun.

Lire aussi
Reprise des cours: La navigation à vue du gouvernement camerounais

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer