Coup de gueule: L'ingratitude chrétienne envers le corps médical

Un homme naît avec une maladie, il n’a pas d’argent pour se rendre à l’hôpital afin que les médecins prennent soin de lui.

Il vie avec jusqu’au jour que la maladie fini parle le tuer. A sa mort le prêtre ou le pasteur dit que tout ce que dieu fait est bon, c’est lui qui donne et c’est lui qui reprend quand et comme il veut.

Un autre homme naît avec la même maladie, il a des moyens pour se rendre à l’hôpital et payer son intervention par les médecins. Il est opéré tout se passe bien et la famille remercie Jésus et son père. Ils disent qu’il sont miséricordieux et que rien ne peut se faire sans leur accord.

Un troisième homme naît avec la même maladie, il a les moyens pour se faire prendre en charge par les médecins. Il est programmé pour une intervention chirurgicale et à la fin de cette intervention le malade succombe. La famille est fâché, elle dit que c’est de la faute des médecins, qu’ils n’ont pas bien fait leur travail, la famille porte plainte au chirurgien. On enterre l’homme et pendant le deuil on dit que les médecins négligent les patients, ils sont médiocre…

Voilà comment la religion à réussi à transformer tous les croyants en des êtres égoïstes, hypocrite et ingrats.
Lorsque le personnel soignant réalise des actes à la limite du miracle, ils disent que c’est Jésus et son père qui leur donne l’intelligence et que dieu utilise leur main pour accomplir ses merveilles. Mais lorsque sa capote on a des plaintes et des injures, on oublie que dieu à emprunter les mains des médecins pour accomplir ses merveilles. D’ailleurs tout ce qu’il fait est bon et rien ne peu arriver sans son accord !

Je suis du corps médical, je dis arrêtez avec l’ingratitude envers nous. Si votre Jésus et son père veulent accomplir leurs merveilles qu’ils le fassent sans passer par nous. On a marre qu’après avoir pris la peine avec amour et gaîté de cœur vos dieux blancs viennent récolter les remerciements. Au cas contraire accepter aussi que lorsque ça se passe mal qu’on partage les blâmes et les années d’incarcération ou suspension.

ATEMENGUE ZAMENGUILA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *