CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
6143
Actifs
2368
Guéris
3578
Décès
197
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 31 mai 2020
Société

Coronavirus: La chasse aux chauves-souris réduite à Yaoundé

Chaque weekend ou aux premières heures de la matinée, des spécialistes de la chasse à ces oiseux spéciaux investissent le centre-ville de la cité capitale où nichent ces mammifères ailés. Comportement susceptible de propager le Covid-19 ?

Appelons le « Henry », la cinquantaine révolue ! Muni de sa carabine, il sillonne les différentes artères du Centre-Ville, le quartier de la santé
précisément. Sous les arbres où nichent les oiseaux de nuit, il charge son arme et fait feu. Un seul tir, et il fait mouche. Quatre à cinq oiseaux
tombent, peut-être plus, criblés par les plombs de la chevrotine. Le jeune homme qui l’accompagne, l’apprenti chasseur visiblement satisfait de la
moisson de son maître, les ramasse prestement, et les enfouis joyeusement dans la vieille gibecière usée.

Du coin du sac suinte du sang frais, suite aux soubresauts des bêtes qui expirent. Un essaim d’oiseaux s’ébranlent au coup de feu, battant
nerveusement les ailes et poussant des cris de réprobation, troublés dans leur sommeil matinal par l’intrus qui les empêche de se reposer après une
nuit active à la recherche de la pitance. Combien sont-ils dans le ciel au-dessus de l’hôpital central, du Camp-Sic-Messa, du quartier du Lac
municipal ou du Centre administratif ?

Lire aussi
Coronavirus : Plus de 600 cas confirmés au Cameroun

« On ne vend plus rien, nos clients habituels se recrutent dans les rangs des fonctionnaires, des usagers de la route et des clients abonnés qui nous
appellent après chaque deux jours. Il y a aussi certains restaurateurs qui prennent sans compter le produit de notre chasse »
, confie avec une pointe de tristesse Henry, déçu du revirement de la situation depuis l’avènement du Coronavirus. « Tout le monde pense que les chauves-souris transmettent le Coronavirus, c’est faux, car j’en mange tous les jours avec ma famille et depuis toujours. Nous n’avons jamais connu ce que les Blancs disent-là. Comment vais-je nourrir ma fille », s’interroge le chasseur des mammifères ailés, qui couvrent le ciel de la ville de Yaoundé à la tombée de la nuit. Un médecin rapproché à l’hôpital de Yaoundé confie que ce n’est pas formellement établi que l’animal ailé soit propagateur du Covid-19, mais qu’il était sage de s’abstenir de la consommation de la chair de chauve-souris, qui est désormais un comportement à risque. Les autorités municipales sont donc interpellées au petit matin pour mettre un terme à la chasse de ces bêtes qui pourrait être une porte ouverte au grand mal, le Covid-19.

Lire aussi
Cameroun - Covid-19: Les agences de voyage ne respectent pas les mesures à Maroua

Léopold DASSI NDJIDJOU

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer